À la demande de l'artiste Daniel Buren, une œuvre de street art faisant face à ses colonnes a été retirée

Faute d’avoir été consulté, Daniel Buren refuse de partager la cour d’honneur du Palais-Royal avec le street-artiste Le Module de Zeer.

Dans le cadre de l’exposition visant à promouvoir l’art urbain, intitulée "À l’échelle de la ville", le ministère de la Culture avait installé sur les colonnes longeant la cour d’honneur du Palais-Royal une œuvre éphémère du street-artiste, Le Module de Zeer.

Initialement prévue du 17 avril au 10 juin, l’exposition a tourné court à la demande de Daniel Buren, auteur de l’installation en 1986 des fameuses colonnes du même nom dans la cour d’honneur. Se plaignant de n’avoir pas été consulté, au nom de son droit moral, il a adressé un courrier au ministère pour en exiger le retrait.

Mea-culpa du ministère de la Culture

Jean Faucheur, commissaire de l’exposition, a pour sa part reconnu une situation "très blessante" pour l’artiste. "C’est vraiment dommage, c’est un scandale qui aurait pu être évité dès le départ", regrette-t-il. L’art urbain s’est débrouillé tout seul depuis quarante ans. Depuis quatre cinq ans, le ministère de la Culture veut promouvoir cette forme d’art, et tout à coup le signal qui est envoyé est très négatif."

"Nous sommes le ministère de la propriété intellectuelle et artistique, donc du droit moral des auteurs et créateurs […] il y a une question d’exemplarité", a indiqué le ministère pour justifier le retrait l’œuvre du Module de Zeer.