En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Parce que vos meilleures photos méritent d’être partagées, Konbini s’associe à Orange, le réseau mobile n°1. Découvrez les plus grandes photos et leur histoire, inspirez-vous des photographes les plus talentueux, découvrez nos best tips pour pimper vos photos et récolter un maximum de likes. Say Cheese!

La tendance du chinning, ou quand le double menton s’invite dans les selfies

On a trouvé comment innover avec vos selfies de voyage, mais pour ça, un léger excédent de graisse au niveau du menton est requis. On croit en vous.

Sur Instagram, on peut tomber sur tout un éventail varié de photos. Du selfie post-séance de sport en leggings fluo au plan rapproché sur un toast d’avocat appétissant, les utilisateurs de la plateforme nous ont tout de même habitués à certaines tendances. Celle qu’on attendait moins, en revanche, c’est celle du "chinning". Si ce néologisme demeure difficilement traduisible dans notre chère langue française, le concept qu’il représente est, lui, nettement plus limpide.

Tout a commencé avec Michelle Liu, ou "Chinchelle" pour les intimes, une étudiante de 21 ans originaire de Boston qui collectionne les séjours à travers le globe. Après un voyage universitaire en terres autrichiennes, elle s’est découvert un goût pour les voyages à l’étranger et enchaîne les destinations. Comme bon nombre de millennials, Michelle retrace ses multiples escales sur son compte Instagram, se prenant en photo armée de son selfie stick devant des bâtiments aisément reconnaissables. Mais ça, elle le fait à sa manière.

Plutôt que de surélever son bâton pour faire ses selfies en plongée, angle bien connu pour nous être flatteur, la jeune Américaine opte pour son total opposé : la contreplongée. Elle mise tout sur son double, voire triple, menton. Sur sa page personnelle, on retrouve donc Michelle sur un des fameux ponts de Brooklyn ou encore devant la zone portuaire colorée de Nyhavn à Copenhague. Ce qui ne devait être qu’une pose ridicule et sans importance s’est finalement transformé en véritable concept totalement abouti, comme en témoigne le nom de son compte "Chinventures" ("aventures de menton" si l’on traduit maladroitement).

"Mon 'chinning' a fait rire mes amis pendant tout le collège, le lycée et même l’université, confie la principale intéressée dans une interview pour Mic, jusqu’au moment où j’ai décidé de partager mon menton avec le monde entier". Une démarche a priori dépourvue de sens, et pourtant. Michelle a bien conscience des standards de beauté que nous impose constamment la société contemporaine, à l’ère où les filtres sont utilisés de façon presque systématique et où les magazines n’hésitent pas à user et abuser des logiciels de retouche. Elle a cependant décidé de s’en affranchir en tournant le tout en dérision.

Plus qu’un cas isolé, Michelle Liu semble avoir officiellement inauguré une nouvelle tendance de la sphère Instagram, avec plusieurs de ses usagers ayant repris le hashtag #chinning. Certains vont même jusqu’à accompagner leur photo désopilante d’une légende inspirante, encourageant les gens qui survolent leur cliché à eux aussi oublier ce diktat de la beauté qui nous ronge. Après tout, combien de fois a-t-on galéré avant d’obtenir un selfie plus ou moins convenable ?

"Des inconnus me surprennent souvent en train de faire du 'chinning', précise également Michelle. Certains ont l’air choqué, d’autres confus mais globalement, selon mon expérience, ça les fait surtout rire". En même temps, il faut avouer qu’on a tous, à un moment ou à un autre, fait du "chinning" sans en avoir conscience. On pense par exemple à toutes ces innombrables fois où on a enclenché la fonction appareil photo de notre smartphone pour se rendre compte qu’elle était en mode selfie. Et ces fois-là, on n’était clairement pas prêts.