En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Parce que vos meilleures photos méritent d’être partagées, Konbini s’associe à Orange, le réseau mobile n°1. Découvrez les plus grandes photos et leur histoire, inspirez-vous des photographes les plus talentueux, découvrez nos best tips pour pimper vos photos et récolter un maximum de likes. Say Cheese!

La une du magazine Elle Australia a été shootée à l’iPhone

Après Sports Illustrated et Billboard, c’est au tour du magazine Elle Australia de shooter la une de son dernier numéro avec un iPhone.

C’est la troisième fois qu’un magazine ne fait pas dans les grands moyens, en usant d’objectifs et d’appareils photo performants. Ils font appel tout simplement à un photographe et à son smartphone. Sports Illustrated l’avait déjà fait il y a quelques mois, avec Michael J. LeBrecht II qui tirait le portrait de l’acteur (et ex-catcheur) Dwayne Johnson. En février, c’était Billboard qui s’essayait au jeu avec Camila Cabello, membre du groupe Fifth Harmony, et le photographe Miller Mobley. Cela finira certainement par devenir habituel, on shootera peut-être de plus en plus de couvertures à l’iPhone.

Pour preuve, il y a quelques jours, c’est le magazine Elle Australia qui a fait parler de lui. Avec un iPhone 7 Plus et son mode "portrait", le photographe australien Georges Antoni a immortalisé Margaret Zhang, photographe, styliste, blogueuse lifestyle et tête d’affiche du numéro de juin du magazine, sur la plage ensoleillée de Bondi. Ce photographe fait partie du collectif The Artist Group et travaille régulièrement avec des célébrités telles Rihanna, Miranda Kerr et Dita Von Teese (entre autres) ainsi que pour de grands magazines de mode tels V Magazine, GQ, Vogue et Harper’s Bazaar.

Une expérience "libératrice" pour le photographe

Bien qu’habitué aux appareils photo professionnels, Georges Antoni a confié avoir trouvé cette expérience "libératrice", car privilégiant la discrétion : "Il y a une chose qui m’a frappé, c’était à quel point il était libérateur de shooter et de ne pas me préoccuper des lentilles, des trépieds, du rattachement à un ordinateur", déclare-t-il à Mashable. Il est vrai qu’un smartphone est moins encombrant qu’un gros Nikon et permet une proximité avec le modèle, certainement plus facile et favorisant le naturel.

Le résultat est troublant, la photo en question n’a pas du tout l’air d’avoir été prise avec un smartphone. Le photographe poursuit :

"Il est aussi intéressant d’observer que le public est tellement conditionné à voir des gens photographier avec leurs smartphones qu’ils ne font plus vraiment attention. De cette manière, le shooting a pu se faire discrètement."

La démarche de photographier Margaret Zhang avec un smartphone fait sens puisque cette entrepreneuse de 24 ans fait partie d’une génération de digital natives et se définit comme une "influenceuse numérique". Quand le Sydney Morning Herald lui demande si elle pense que les magazines réduiront de plus en plus leurs coûts de production avec des shootings de ce genre, Margaret répond :

"Étant donné que ces appareils photo de poche se retrouvent maintenant à portée de tous et de n’importe qui, cela signifie que les magazines auront de plus en plus besoin de photographes avec un réel œil artistique, des compétences "magiques" et une vraie vision pour inventer des histoires (ou une couverture de magazine), dignes d’être imprimées sur des pages de papier glacé. Les magazines ne voudront pas de photos éphémères et vides de sens comme celle de votre latte postée sur Snapchat."

Et elle a bien raison.

Rédactrice en chef de Cheese et ex-Sorbonnarde, on ne m’a pas demandé si j’aimais le fromage avant d’arriver ici. Mais j'aime bien le fromage, donc tout va bien.