En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Parce que vos meilleures photos méritent d’être partagées, Konbini s’associe à Orange, le réseau mobile n°1. Découvrez les plus grandes photos et leur histoire, inspirez-vous des photographes les plus talentueux, découvrez nos best tips pour pimper vos photos et récolter un maximum de likes. Say Cheese!

Ces miroirs qui rappellent aux Parisiennes qu’elles sont belles, de la rue jusqu’à Instagram

Dans Paris, des miroirs vous rappellent que vous êtes la plus belle. De la Butte-aux-Cailles au Marais, en passant par Instagram.

"Miroir mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ?", c’est avec cette phrase tout droit sorti du célèbre conte des frères Grimm que nous avons tous grandi, intronisant de nombreux complexes chez les jeunes filles. C’est pour démonter ces injonctions permanentes à la beauté et pour mettre du baume au cœur à la gent féminine souvent réduite à son physique qu’un street artist anonyme a décidé de coller des miroirs partout dans Paris, gravés de chaleureux messages : "Mais oui tu es belle" ; "Regarde comme tu es belle" ; "C’est toi la plus belle !" ; "Tu es belle. Point".

D’agréables compliments, comme prononcés au creux de l’oreille, qui cette fois-ci s’affichent dans la rue. Des mots si doux, qu’il est difficile de croire qu’ils ont été écrits à l’acide, rendant alors les inscriptions inaltérables. Si un simple "tu es belle" sur le chemin du travail ou de l’école peut sembler anodin, il suffit de passer quelques minutes à proximité d’une des pièces pour découvrir qu’elles apportent positivité et réconfort dans la vie des passants.

Au-delà de la rue, les belles paroles de l’artiste ont su séduire les réseaux sociaux puisque de nombreux internautes ont partagé leurs photos – des autoportraits pour la plupart – accompagnées de légendes enthousiastes. Que ce soit physiquement ou numériquement, les spectateurs interagissent avec l’œuvre : ils mêlent leurs reflets aux flatteries, se prennent en photo et assument le narcissisme inhérent aux réseaux sociaux.

À la manière d’un mot laissé sur la buée du miroir de salle de bains, l’artiste panse ces blessures secrètes avec tendresse. Plutôt que d’attendre passivement les compliments de votre entourage, il ne vous reste plus qu’à guetter les miroirs dans les rues de la capitale.

nicest mirror I've met

Une publication partagée par Nana Bjørn (@nanabjorn) le