En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pionnier de la photographie de rue et mathématicien, l’histoire de Carl Størmer

Tel un James Bond du XIXe siècle, le Norvégien Carl Størmer cachait son appareil photo dans son manteau pour immortaliser les passants.

© Fredrik Carl Mülertz Størmer / Norwegian Folk Museum

Si, à travers l’histoire, de nombreux artistes et reporters se sont distingués comme photographe de rue (Diane Arbus, Cartier-Bresson, Ray Metzker ou encore Bruce Gilden pour ne citer qu’eux), les téléphones portables ont aidé la pratique à s’étendre, permettant à tout un chacun d’être discret et d’avoir toujours un appareil photo à portée de main. Certains s’en servent pour documenter des pays difficiles d’accès comme la Corée du Nord, d’autres s’intéressent simplement aux douces lumières du quotidien.

Cependant, bien avant l’arrivée de la téléphonie mobile, et même peu de temps après la naissance de la photographie, un autre artiste s’amusait à immortaliser les passants grâce à un procédé astucieux. En effet, dès 1890, le Norvégien Fredrik Carl Størmer – avant tout connu comme un mathématicien et physicien accompli – s’est amusé à photographier en cachette de nombreux piétons, nous offrant ainsi un précieux témoignage sur la vie au XIXe siècle. Étudiant en mathématiques à l’époque, ce touche-à-tout s’était procuré un appareil photo qui pouvait être caché dans sa veste : il lui suffisait de faire passer la lentille dans sa boutonnière et de déclencher l’appareil photo à l’aide d’un cordon dissimulé dans la poche de son pantalon.

Grâce à cet appareil, il pouvait photographier les gens qu’il croisait, en toute discrétion, tel un détective privé. Ce procédé lui a permis d’obtenir des images spontanées et naturelles, chose rare à cette période puisque toutes les photos étaient mises en scène avec des gens prenant la pose. Carl Størmer a laissé une œuvre colossale pour son époque puisqu’il aurait photographié plus de 500 personnes. On vous laisse admirer.

© Fredrik Carl Mülertz Størmer/Norwegian Folk Museum

© Fredrik Carl Mülertz Størmer/Norwegian Folk Museum

© Fredrik Carl Mülertz Størmer/Norwegian Folk Museum

© Fredrik Carl Mülertz Størmer/Norwegian Folk Museum

© Fredrik Carl Mülertz Størmer/Norwegian Folk Museum

© Fredrik Carl Mülertz Størmer/Norwegian Folk Museum

© Fredrik Carl Mülertz Størmer/Norwegian Folk Museum

© Fredrik Carl Mülertz Størmer/Norwegian Folk Museum

© Fredrik Carl Mülertz Størmer/Norwegian Folk Museum