En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le 24e Prix Bayeux-Calvados dévoile son palmarès

Cette année encore, le Prix Bayeux-Calvados a récompensé plusieurs reporters de guerre. De Mossoul à la Syrie, en passant par l’Afghanistan, des travaux essentiels qui nous ouvrent une fenêtre sur ces zones de conflit.

Comme chaque année depuis plus de vingt ans, le Prix Bayeux-Calvados met à l’honneur les correspondants de guerre, ces journalistes qui prennent des risques quotidiennement pour nous informer. Ils étaient alors une cinquantaine de grands reporters réunis dans la petite ville normande les 6 et 7 octobre derniers, pour délibérer et décerner les différents prix aux lauréats : photo, presse écrite, radio, télé, télévision grand format, jeune reporter (pour la presse écrite) et vidéos.

Le jury international était présidé par Jeremy Bowen – grand reporter qui a couvert de nombreux conflits au Kosovo, en Bosnie ou encore en Irak – qui semble avoir été marqué par cette 24e édition :

"Ce fut un immense honneur d’être président du jury et un grand plaisir de travailler avec mes collègues français.
 Je suis très impressionné par la qualité de la sélection, dominée cette année par l’Irak et la Syrie. La profession se porte bien, elle est là où il faut être.
 Le choix final du jury, composé de journalistes expérimentés, est le bon. Il témoigne de la couverture des zones les plus dangereuses par des reporters courageux, compétents et honnêtes. Ces reporters éclairent les recoins les plus sombres de ce monde et c’est le plus important."

Le jury a donc choisi de récompenser les reporters suivants :

Trophée photo – prix Nikon :

Kissing death (Irak) par Ali Arkady pour VII Photo Agency.

Une femme se confie par peur à un officier de l’unité ERD après que sa maison a été bombardée par les forces irakiennes. Son frère a été kidnappé par Daech. Village de Qabr al-Abd, Hammam al-Alil, Mossoul, le 7 novembre 2016. (© Ali Arkady pour VII Photo Agency)

Prix du public (photo) – parrainé par l’Agence française de développement :

La conquête de Mossoul ouest (Irak) par Antoine Agoudjian pour Le Figaro Magazine.

Cortège de rescapés fuyant la zone des combats. Pris en étau entre les attaques de l’armée irakienne et les djihadistes (ils tuent les civils qui fuient l’EI), ils ont tout abandonné derrière eux pour sauver leurs vies. Nombreux morts et blessés dénombrés. Ce jeune adolescent traumatisé porte sa petite sœur, il a perdu au cours de l’exode des membres de sa famille. (© Antoine Agoudjian pour Le Figaro Magazine)

Trophée presse écrite – prix département du Calvados :
Mossoul : cinq offensives pour une bataille (Irak) par Samuel Forey pour Le Figaro.

Trophée radio – prix du Comité du débarquement :
L’entrée dans Mossoul (Irak) par Gwendoline Debono pour Europe 1.

Trophée télévision – prix Amnesty International :
Le dernier hôpital d’Alep détenu par les rebelles (Syrie) par Waad Al-Kateab pour Channel 4.

Trophée télévision grand format – prix SCAM :
Dans la bataille de Mossoul
(Irak) par Olivier Sarbil pour Channel 4 News.

Prix jeune reporter (presse écrite) – parrainé par CAPA Presse YV :
La mort venue du ciel
(Afghanistan) par May Jeong pour The Intercept.

Prix de l’image vidéo (télévision et télévision grand format) — parrainé par BEW TV/Arte/France 24 :
Dans la bataille de Mossoul
(Irak) par Olivier Sarbil pour Channel 4 News.

Prix région des lycéens et apprentis de Normandie (télévision) :
Le dernier hôpital d’Alep détenu par les rebelles (Syrie) par Waad Al-Kateab pour Channel 4.

Prix Ouest-France – Jean Marin (presse écrite) :
Despair and debauchery in Assad’s Capital (Syrie) par Fritz Schaap pour Der Spiegel.

Une partie des expositions ont lieu jusqu’au 29 octobre, plus d’informations sur le site du Prix Bayeux-Calvados.