En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Avec ses collages psychédéliques, Alia Penner métamorphose des portraits de célébrités

L’artiste californienne revisite le pop art à sa manière, et ça fonctionne plutôt bien.

Décidément, nos errances sur Instagram nous réussissent, comme peut l’attester notre toute dernière obsession : les collages hauts en couleur d’Alia Penner. Le concept de ses images enivrantes est pourtant des plus simples. La jeune femme s’approprie les clichés bien trop classiques d’autres photographes (avec ou sans leur aval, telle est la question) et les customise à coups d’objets tape-à-l’œil copiés-collés ou de coloriages et autres gribouillis aux teintes saturées. Le verdict est sans appel : ça en jette et nous éblouit.

Tout Los Angeles s’arrache les talents d’Alia Penner, et ce depuis maintenant bon nombre d’années. En plus de s’épanouir à travers ses collages délicieusement surchargés, l’artiste sait déployer ses talents dans d’autres domaines, comme la photographie ou la peinture. Bossant à son compte en tant que free-lance après avoir achevé un cursus artistique, elle cumule les collaborations complètement dingues. En somme, elle a autant participé à la conception de vitrines de boutiques qu’à la personnalisation d’un piano pour Katy Perry.

À travers ses collages, Alia Penner trahit une affection particulière pour une esthétique résolument vintage, faisant écho aux nuances en vogue dans les années 1970 notamment. "Des gens me disent que mon art est influencé par les 60’s ou les 70’s, mais j’ai plutôt l’impression que je puise mon inspiration dans tellement de choses différentes, comme l’Art nouveau ou les arts décoratifs", précise-t-elle dans une interview pour Urban Outfitters.

Elle revendique d’ailleurs volontiers son amour inconditionnel pour tout ce qui est psychédélique, et cela se ressent dans ses multiples collages. On y reconnaît ainsi Brie Larson couverte de fleurs ou Reese Witherspoon comme tout droit sortie d’un livre pour enfants. Aussi désarçonnant qu’intrigant.