En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

L'infatigable Nobuyoshi Araki publie 1 250 photos en un livre

Le maître japonais de la photo a pris plus d'un cliché par jour pendant trois mois pour le site Internet de la Fondation Cartier. Il publie finalement un livre important sur ce projet.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

Dans un très beau coffret aux éditions de la Fondation Cartier se dévoile un ouvrage conséquent sur le travail du photographe japonais Nobuyoshi Araki, intitulé Hi-Nikki (Non-Diary Diary). Comme un journal intime qui se revendique "non-journal intime", Araki documente son quotidien à travers 1 250 photographies qui défilent au rythme des pages. Retour sur un beau projet initié par la Fondation Cartier.

Sensualité et anecdotes : le quotidien d'Araki

Pour son 30e anniversaire en 2014, la Fondation Cartier pour l’art contemporain a demandé au photographe japonais Nobuyoshi Araki de prendre une photographie par jour, destinée à être publiée chaque semaine sur le site de la fondation, sous forme de diaporama.

Mais ce photographe prolifique s'est vite pris au jeu et, de mars à mai 2014, il se met à prendre non pas une photo par jour mais plusieurs. Au total, la Fondation Cartier s'est retrouvée avec 1 250 photographies couleur inédites qu'elle a décidé de publier dans un beau livre sur le projet, en novembre dernier.

Avec son appareil photo numérique (un Pentax Q10), Araki a immortalisé avec spontanéité sa routine kaléidoscopique : des photographies de ses plats à des portraits plus sensuels de femmes qu'il rencontre, en passant par des clichés sur des situations ou mises en scène absurdes sur lesquelles on peut tomber.

Il a pour habitude de puiser son inspiration dans l'histoire de son pays, l'érotisme japonais et son quotidien. Il nous invite dans un voyage intime fait de sensibilité et de natures mortes, dans la ville de Tokyo et ses lieux emblématiques. Connu comme le photographe ayant inventé en 1980 le concept de "faux journal intime photographique", il décrit ainsi son projet :

"Un battement de cœur et j’appuie sur le déclencheur. Plus qu’un journal, un enregistrement du temps. C’est la vie : quand les battements s’arrêteront, je serai mort."

Une approche poétique et autobiographique qui nous donne envie de nous plonger au cœur de ces nombreuses images.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki / Courtesy Taka Ishii Gallery.

© Nobuyoshi Araki/Courtesy Taka Ishii Gallery.

Hi-Nikki (Non-Diary Diary) est disponible aux éditions Fondation Cartier pour l’art contemporain, en version bilingue français-anglais, relié sous étui, 696 pages de 1 250 reproductions couleur, pour 38 euros.

Rédactrice en chef de Cheese et ex-Sorbonnarde, on ne m’a pas demandé si j’aimais le fromage avant d’arriver ici. Mais j'aime bien le fromage, donc tout va bien.