En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Cette série de photos explore la dégradation de nos souvenirs amoureux

À travers sa série de photos Lacuna, Jordan Tiberio observe la dégradation de notre mémoire et de certains souvenirs amoureux.

C’est après une rupture amoureuse que la photographe new-yorkaise de 25 ans Jordan Tiberio a eu l’idée de Lacuna ("lacune" en français). Il s’agit d’un projet rempli d’émotions qui explore comment, avec le temps, les souvenirs que l’on a partagés avec quelqu’un que l’on pensait gravé en nous à jamais peuvent subitement s’effacer, sans même que nous nous en rendions compte.

Des oublis et des trous de mémoire laissent place à notre imagination et à des fantasmes que nous tentons de créer de manière à essayer de se souvenir de chaque instant. Sa série est accompagnée d’une lettre adressée à la personne qu’elle a aimée. Nous pouvons y lire :

"Ta voix était d'une octave semblable au son d’un oiseau au petit matin, réveillant doucement le monde. Et c’est à partir du moment où ça ne me réveillait plus parce que j’avais oublié le son de cette douce mélodie que j’ai compris que mon chagrin s’était effacé.

Ton amour était une sorte de tempête, et moi, j’étais constamment sans mon parapluie. J’ai pris l’habitude de m’endormir avec cette mélancolique mélodie qui reflétait ton souvenir chaque soir. En cogitant très fort, j’avais espéré que ces pensées puissent sortir de mes oreilles, mais ça a échoué."

Pour illustrer ses réflexions en images, elle choisit de jouer avec la double exposition et le noir et blanc pour nous donner l’impression que ses sujets sont en voie de disparition. Ils nous rappellent presque la silhouette d’un fantôme et nous glissent dans leur intimité et dans celle de la photographe.

i’m quite cheesy sometimes.