En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Des couples littéralement emballés dans une série de portraits

Un photographe japonais a trouvé une façon originale et un peu flippante de représenter le couple.

© Haruhiko Kawaguchi

L’amour est quelque chose de compliqué… Les hauts et les bas sont nombreux, et si cela ne vous tue pas, cela vous attache bel et bien à une autre personne d’une manière étrange, unique et profonde.

C’est ce sentiment qui a inspiré le photographe japonais Haruhiko Kawaguchi, aka Photographer Hal, pour sa série Flesh Love : une véritable manifestation visuelle du sentiment amoureux par le biais de photos de couples tokyoïtes littéralement emballés sous vide.

Depuis 2009, ce photographe respecté demande à des couples rencontrés en boîte de nuit de s’allonger à côté de leur moitié, et d’accepter de se priver d’air quelques instants, pour l’amour de l’art. Une démarche étrange qui donne à voir des portraits étouffants et parfois grotesques, mais uniques en leur genre.

Dans une interview accordée à Vice en 2015, Haruhiko Kawaguchi explique :

"Quand vous étreignez votre moitié, parfois vous aimeriez vous fondre l’un dans l’autre. Pour réaliser ce souhait, j’ai photographié des couples dans des espaces petits et étroits. J’en suis arrivé ainsi au stade ou je photographie des couples emballés sous vide. Plus mon travail gagne en intensité, plus je réalise à quel point la communication est indispensable."

Le procédé est assez simple : les couples se collent l’un à l’autre à l’intérieur d’un emballage plastique, et le photographe aspire l’air jusqu’à ce qu’ils soient empaquetés.

© Haruhiko Kawaguchi

Haruhiko Kawaguchi capture ce moment d’intimité inconfortable en quelques prises seulement avant de les délivrer rapidement. Selon le magazine Feature Shoot, Haruhiko Kawaguchi affirme que les hommes paniquent plus souvent que les femmes, l’un d’entre eux ayant même uriné dans son pantalon. La seule préoccupation des femmes, selon lui, est d’être sûre d’être jolies.

Ces images si particulières ont malgré tout quelque chose de touchant. Par nature, elles restent une incarnation du sentiment amoureux, dans tout ce qu’il a d’unique, d’intense et de dérangeant parfois.

© Haruhiko Kawaguchi

© Haruhiko Kawaguchi

© Haruhiko Kawaguchi

© Haruhiko Kawaguchi

© Haruhiko Kawaguchi

© Haruhiko Kawaguchi

© Haruhiko Kawaguchi

© Haruhiko Kawaguchi

© Haruhiko Kawaguchi

© Haruhiko Kawaguchi

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet