En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Daniel Rueda et Anna Devís, le couple de photographes qui joue avec la perspective

Anna Devís et Daniel Rueda forment un duo de photographes particulièrement pétillant, leurs photos d’architecture à l’univers pop et coloré vont rafraîchir votre timeline. 

Originaire de Valence en Espagne, le couple de photographes — composé de Daniel Rueda et Anna Devís — est passionné d’architecture. Pour titiller ce vif intérêt, la ville espagnole connue pour son immense cité des arts et des sciences, semble alors être un terrain fertile. En effet, le binôme laisse parler sa créativité sur Instagram, en alimentant leurs comptes respectifs Daniel Rueda et Anna Devís de photos d’architecture à l’esthétique particulièrement léchée.

Pleines d’humour, leurs images graphiques et colorées jouent en permanence avec les échelles : elles mettent en scène un personnage — souvent incarné par l’un d’eux — dans un lieu à l’architecture remarquable. Le modèle dans l’image est souvent au service de l’architecture, il permet de donner une échelle de grandeur : grâce aux proportions humaines, on peut deviner les dimensions de l’espace photographié. Cependant, comme l’explique Daniel Rueda au site More With Less, ces personnages ont aussi une fonction narrative :

"Le rôle de ces personnages dans mes images est de raconter une histoire qui dépasse l’esthétique. C’est-à-dire qu’il ne suffit pas d’avoir une image plus ou moins belle, il faut dire quelque chose sans avoir besoin de mettre des mots."

"L’œil doit se travailler"

Grâce à ces jeux de géométries et aux mises en scène amusantes, le couple parvient à créer un univers surréaliste tout en sublimant les décors qu’ils photographient. S’ils sont capables de dénicher des lieux de shooting aussi originaux, c’est notamment parce que Daniel Rueda est aussi architecte de profession. Naviguant entre architecture et photographie, il explique son parcours :

"J’aime bien l’idée que c’est dans mes gènes. Avant d’être technicien de maintenance aéronautique, mon père était photographe. Il faisait des choses très différentes de ce que je fais aujourd’hui, mais j’ai toujours aimé voir cette connexion qu’il avait avec la photographie. À la maison, il y a toujours eu des appareils photo, donc personne n’a été surpris quand j’ai commencé à m’y intéresser. Les études d’architecture ont aussi été déterminantes dans ce que je fais aujourd’hui. Si je n’avais pas eu cette formation, je doute fort que j’aurais pu trouver les architectes, les œuvres et les références qui influencent mon travail aujourd’hui. L’œil est vraiment quelque chose qui doit se travailler et heureusement, l’architecture est un domaine très stimulant visuellement."

Une complémentarité qu’il retrouve aussi grâce à son couple. Il explique que chaque image est vraiment pensée, réalisée et retouchée à deux. S’ils ont fait le choix d’avoir des comptes Instagram séparés, leur travail est pourtant une œuvre commune :

"Nous travaillons habituellement ensemble, elle a aussi son propre compte. Elle publie des photographies et j’en publie d’autres. Nous nous nourrissons constamment l’un de l’autre. Elle apparaît dans mes photographies et je suis dans les siennes. On complète toujours ce que l’autre fait. Nous partageons les idées et le langage, de sorte que parfois il est même difficile de savoir qui possède quelle image."

Des images efficaces, qui ont su séduire de nombreuses marques, et qui ont permis au couple de décrocher le fameux job de rêve chez Netflix : être payé pour immortaliser les lieux de tournage.