Les photos sensibles et engagées de David Goldblatt mises à l’honneur dans une rétrospective à Paris

Depuis le 21 février et jusqu’au 13 mai 2018, l’Afrique du Sud en noir et blanc de David Goldblatt investit le Centre Pompidou.

Vendeuse, Orlando West, Soweto, Johannesburg, 1972. (© David Goldblatt)

Pour la première fois en France, une importante rétrospective est consacrée à David Goldblatt. En effet, le Centre Pompidou a décidé d’accueillir plus de 200 photographies de la collection de l’artiste, dont de nombreuses jamais exposées. Au fur et à mesure de la visite, on peut découvrir ses premiers essais photographiques réalisés lors de son adolescence – par exemple lorsqu’il est allé capturer les mines de Randfontein en Afrique du Sud – mais on peut aussi admirer ses travaux les plus récents, notamment certains réalisés en couleurs et au numérique.

Depuis les années 1960, David Goldblat n’a cessé de photographier l’Afrique du Sud, son pays natal. Spectateur de l’apartheid au quotidien, de sa mise en place à sa chute, ses images sont alors témoins d’une histoire complexe. Maître du terrain, sa facilité à entrer au contact des gens et à faire oublier l’appareil photo, le hisse aux côtés de grands noms de la photographie documentaire tels que Dorothea Lange ou encore Walker Evans, plaçant son œuvre parmi les majeures de la photographie au XXe siècle.

Au-delà de l’exposition de plus de cinquante années d’images, la rétrospective de David Goldblatt présente aussi sept films spécialement produits par le Centre Pompidou, dans lesquels l’artiste commente ses images avec verve, ce qui enrichit considérablement l’expérience. À découvrir jusqu’au 13 mai 2018.

Angle des rues Commissioner et Eloff, Boksburg, 1979. (© David Goldblatt)

Femme en train de fumer, Fordsburg, Johannesbourg, 1972. (© David Goldblatt/Centre Pompidou/Dist. RMN-GP/Philippe Migeat)

Femme avec l’oreille percée, Joubert Park, Johannesburg, 1975. (© David Goldblatt/Centre Pompidou/Dist. RMN-GP/Philippe Migeat)

Abri d’une machine d’extraction, puits Farrar, mines Angelo, Germinston, 1965. (© David Goldblatt)

Mine de platine de la société Lonmin, Marikana, province du Nord-Ouest, 11 mai 2014. (© David Goldblatt)

Pelles "à fouetter" extraites du sous-sol, Central Salvage Yard, Randfontein Estates, Randfontein, 1966. (© David Goldblatt)

S’abritant d’un violent souffle de gravier derrière sa pelle, le bas du manche est "fauché par un homme muni d’un tuyau d’air comprimé. Avant que le perçage des trous pour les explosifs ne puisse commencer, le fond doit être dégagé des graviers et des cailloux qui pourraient dissimuler des orifices contenant des charges non explosées provenant du cycle de dynamitage précédent. Le cuivre est utilisé pour la buse du tuyau afin d’éviter les étincelles qui pourraient faire détonner un "raté d’allumage", juin 1969. (© David Goldblatt)

Petit propriétaire, aiguilleur de train, qui rêvait de faire un jardin, sans briques ni ciment, irrigué par ce réservoir, Koksoord, Randfontein, province de Gauteng, 1962. (© David Goldblatt)

Petit propriétaire avec sa femme et leur fils aîné, à l’heure du déjeuner, Wheatlets, environs de Randfontein, Gauteng, septembre 1962. (© David Goldblatt)

Commando de sympathisants du National Party ayant escorté Hendrik Verwoerd, principal architecte de l’apartheid, aux fêtes du 50e anniversaire du parti. De Wildt, province du Nord-Ouest, 31 octobre 1964.
(© David Goldblatt)

Le fils du fermier avec sa bonne d’enfants, ferme de Heimweeberg, environs de Nietverdiend, Marico Bushveld, province du Nord-Ouest 1964. (© David Goldblatt)

Oom At Geel, Nietverdiend, Marico Bushveld, province du Nord-Ouest, décembre 1964.
Oom At Geel avait combattu, à l’âge de 15 ans, contre les Britanniques pendant la Seconde Guerre des Boers (1899-1902) ; puis contre les Allemets au Sud-Ouest africain (aujourd’hui la Namibie) ; contre les rebelles en 1916 ; contre les grévistes de Johannesburg en 1922 ; et, comme chef de bataillon, contre les Italiens et les Allemets pendant la Seconde Guerre mondiale. Au moment où cette photographie a été prise, At Geel, âgé de 80 ans, venait de se marier pour la seconde fois.
(© David Goldblatt)

21 heures, voyage de retour : car Marabastad-Waterval. Pour la plupart des passagers, le cycle recommencera demain entre 2 et 3 heures du matin, 1984. (© David Goldblatt)

Passerelle enjambant la voie ferrée, Leeu Gamka, province du Cap-Est, 30 août 2016.
Passerelle enjambant la voie ferrée Le Cap-Johannesburg, avec double escalier séparé pour "Blancs" et "non-Blancs", conformément à̀ la loi no 49 sur les équipements publics séparés (Reservation of Separate Amenities Act) de 1953. Aujourd’hui, l’apartheid n’existe plus. Les panneaux indiquant les files séparées ont été retirés vers 1992, mais le pont demeure, au service d’une population d’environ 1 500 personnes. (© David Goldblatt)

Réfugiés venant du Zimbabwe s’abritant dans l’église méthodiste centrale sur Pritchard Street, 22 mars 2009. (© David Goldblatt)

David Goldblatt, 21 février au 13 mai 2018, au Centre Pompidou à Paris.