En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

blackholewithclouds-1.jpg

Des astronomes espèrent avoir pris la toute première photo d’un trou noir

Il a fallu mobiliser huit télescopes aux quatre coins du monde pour multiplier les chances de dresser le premier portrait fidèle de ce phénomène. 

(Image: NRAO/AUI/NSF)

Une illustration du trou noir géant situé dans notre Voie lactée. (© NRAO/AUI/NSF)

Après avoir passé cinq nuits blanches à observer les recoins les plus sombres de l’univers, l'équipe internationale d’astronomes du projet Event Horizon Telescope aurait peut-être réussi à obtenir la première image d’un trou noir. Plus spécifiquement, ils espèrent avoir réussi à capturer l’espace mystérieux qui entourent les gouffres, dans ce qu'Albert Einstein décrit comme "l’horizon des évènements" dans sa théorie de la relativité. Pour les néophytes, il s'agit du point de non-retour, une zone limite dans l’espace-temps dans laquelle la force gravitationnelle est tellement puissante que rien ne peut échapper à son emprise, pas même la lumière.

Des années de préparations et de collaboration entre des observatoires du monde entier, des montagnes les plus hautes d’Hawaï jusqu’au plaines glacées du pôle Nord, ont été nécessaires pour aboutir à ce résultat potentiel. Mettant en œuvre un réseau de huit radiotélescopes, les chercheurs ont profité d’une fenêtre de 10 jours pour se concentrer sur deux trous noirs géants afin d'en retirer l'image la plus précise possible, explique National Geographic. Le premier, dont la masse est estimée comme étant équivalente à 4 millions de fois celle de notre Soleil, est situé dans Sagittaire A*, au cœur de la Voie lactée. Le second se trouve dans une galaxie voisine nommée M87 et serait 1 500 fois plus lourd que le premier.

Les astronomes responsables de la mission doivent désormais patienter, car chaque observatoire a récolté tellement de données qu'il est impossible de les transférer par voie électronique. Ils devront donc attendre que les 1 024 disques durs sur lesquels ont été stockées les informations leur parviennent. Il leur faudra ensuite des mois d'analyse avant de confirmer qu’ils ont véritablement réussi à produire le portrait d’un trou noir. À suivre…

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

Writer and photographer from South London, UK. If you want to get in touch please email me at: matthew.kirby@konbini.com