En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Les douleurs dues à l’endométriose symboliquement représentées en une image

Quand les maux causés par l’endométriose sont mis en images à travers une photographie symbolique et poignante.

L’endométriose est une maladie gynécologique extrêmement handicapante qui toucherait près d’une femme sur dix. Pourtant, cette pathologie reste encore bien trop méconnue. Et ce, aussi bien au sein de notre société que dans le corps médical. De ce fait, Georgie Wileman, une artiste new-yorkaise atteinte de ladite maladie, a décidé de témoigner en images des maux qu’elle subit au quotidien.

Effectivement, l’endométriose peut causer des troubles digestifs, des kystes, une grande fatigue, jusqu’à mener à l’infertilité. De nombreux problèmes qui entraînent une douleur insoutenable pendant les règles, les rapports sexuels ou même au quotidien. C’est donc un véritable cauchemar que subissent les concernées, qui n’arrivent pas toujours à se faire entendre.

Une photo, symbole de la douleur

C’est pourquoi, la photographe américaine Georgie Wileman (qui a notamment travaillé pour des magazines tels que Boys By Girls, i-D et Dazed) a souhaité représenter sa douleur à travers sa photographie intitulée très sobrement 2014-2017. Un laps de temps significatif qui révèle les quatre années durant lesquelles elle a dû se battre contre cette maladie. Ce cliché dévoile un ventre dénudé sur lequel on découvre un polygone agrémenté de plusieurs dates.

L’artiste a souhaité faire découvrir sa maladie sous un nouvel angle, en mettant le spectateur face à son corps mutilé par les cinq opérations subies, qui en porte encore les stigmates. Effectivement, l’artiste déclarait sur son site :

"Avec ce projet, j’ai souhaité rendre visible ce à quoi cette maladie ressemble réellement. Une femme sur dix qui a l’âge de procréer a cette maladie, et nous avons besoin de nous faire entendre."

Cet autoportrait a été exposé dans le cadre du Taylor Wessing Photographic Portrait Prize, qui a lieu au sein de la National Portrait Gallery, à Londres. Il fait plus largement partie d’une série que la photographe a consacrée à sa maladie, intitulée Endometriosis et visible sur son site Internet. Bien malheureusement, Georgie Wileman n’a pas pu assister à son vernissage, tant la douleur se propageait en elle, et devant se préparer à une énième opération à venir.

Une photo symbolique, qui, on l’espère, permettra de mieux faire connaître cette maladie si douloureuse, à la fois physiquement et moralement.