Entre frites, merguez et partage, l’esprit des buvettes de stade mis en images par Guillaume Blot

Peu importe si on perd, on se réchauffera à la buvette.

© Guillaume Blot

Frites, bière, saucisses, c’est le triumvirat de la buvette. Pas celle de la Coupe du monde, plutôt celle de bord de terrain des matchs de championnat, où il faut réchauffer les âmes des supporters appuyés sur les barrières en béton de bord de terrain. Grands ballons en avant, cuir qui claque contre les crampons : certes, ce n’est pas la dream team du Brésil qui s’élance sur le gazon, mais là où il y a des buvettes, l’amour du foot est puissant.

Immortalisés par Guillaume Blot, un photographe qui raconte ses rencontres en images, ces instants de réconfort et de partage au stade seront exposés pendant toute la Coupe du monde de football, à La Mécanique Ondulatoire.

Cheese | Salut Guillaume, tu peux te présenter ?

Guillaume Blot |
Je suis photographe affilié à Hans Lucas, et journaliste. J’ai grandi à Nantes, avec la Beaujoire et Pascal Delhommeau, un père fan de foot et cheminot, et j’adore les frites et la mayonnaise. Aussi, en 2014, j’écrivais pour Le Fooding. Tu mélanges tout ça et hop, ça finit en tour de France des buvettes de stades de foot, à écrire des chroniques sur les meilleurs food trucks à l’ancienne et leurs bâches photoshopées. Le tout compilé ici : buvettes.com
 

A post shared by buvettes.com (@buvettes) on

C’est quoi l’esprit d’une bonne buvette pour toi ?
 
Gras, grand, gros : du gras un max qui tapisse le sopalin avec les frites, les saucisses qui suintent et le ketchup qui dégouline ; du grand rassemblement de supporters avec les maillots trop petits et les écharpes Coupe de France 2001 ; du gros ventre pour poser sa pression et avoir les mains libres pour faire des checks à tous ses potes.
 
Tu commandes quoi à la buvette ?
 
J’ai beau détester le Stade Rennais, je dois avouer que ce sont les meilleurs côtés buvettes avec leur galette-saucisse. Une bonne galette, une bonne saucisse, et je demande du fromage et des oignons, ce qui devrait faire lever n’importe quel supporter local. En même temps, tant mieux, ça leur fera une bonne raison de bondir de leur siège, ils ne marquent pas souvent.
 

© Guillaume Blot

Le plus important, c’est la buvette ou le match ?
 
C’est clairement indissociable. C’est comme vouloir séparer Robert Pirès de Cyrille Pouget époque Metz. D’abord la buvette, puis le match, mi-temps buvette, puis le match, puis fin du match : buvette. C’est une prise en tenaille, un une-deux bien réalisé. C’est l’échauffement, la pause et le décrassage du supporter.
 
Après cette expo, quels sont tes prochains projets ?
 
Je viens de m’acheter une crêpière en fonte de qualité sur conseil du Plaisir du Breton, un camion à crêpe qui squatte le Roazhon Park. J’aimerais devenir bon en crêpe, et faire des crêpes buvettes, soit la version buvette de la crêpe Suzette. Je cherche encore la recette. Et après, je les vendrai avec mon petit camion bleu aux abords des stades de matchs départementaux.
 

© Guillaume Blot

A post shared by buvettes.com (@buvettes) on

Découvrez l’expo "Buvettes" à La Mécanique Ondulatoire à partir du mercredi 13 juin, et retrouvez Guillaume sur Instagram et sur les comptes de son projet Buvettes ici et ici.