La nébuleuse de la Carène se révèle dans des clichés spectaculaires

L’Observatoire européen austral (ESO) a publié de nouvelles images de l’un des joyaux galactiques de l’hémisphère Sud.

© ESO

Située à quelque 7 500 années-lumière de la Terre, la nébuleuse de la Carène, NGC 3372 pour les intimes, fait partie de la constellation du même nom nichée au cœur de la Voie lactée australe. Cette formation, découverte vers 1750 par l’astronome français Nicolas-Louis de Lacaille, est un gigantesque nuage de gaz interstellaire et de poussière, particulièrement propice à la création de nouvelles étoiles.

Non contente d’être une exceptionnelle pouponnière, la nébuleuse est si grande – elle se déploie sur près de 300 années-lumières – et si lumineuse qu’il est possible de l’observer à l’œil nu dans l’hémisphère Sud.

Du côté de l’Observatoire européen austral (ESO), on a choisi de scruter l’ensemble à l’aide du plus grand télescope à infrarouge au monde, Vista, pour révéler les détails qui échappent à notre rétine. Et capturer au passage des clichés inédits, commentés par l’ESO :

"Cette spectaculaire image de la nébuleuse de la Carène révèle, comme jamais auparavant, le nuage dynamique de matière interstellaire, de gaz et de poussière. Les étoiles massives qui composent cette bulle cosmique émettent d’intenses rayonnements responsables de la brillance du gaz environnant. Au contraire, d’autres régions de la nébuleuse abritent des piliers de poussière sombre au sein desquels se forment de nouvelles étoiles."

© ESO

À l’image, le résultat est à couper le souffle. Comme l’explique l’astronome Phil Plait, la photo, d’une taille originelle de 140 millions de pixels, a dû être réduite pour permettre son téléchargement sans saturer les serveurs de l’ESO. On peut y voir près de 40 étoiles, toutes plus colorées les unes que les autres, qui se détachent sur un ciel d’encre.

Des couleurs artificielles cependant, dues à l’infrarouge, qui permettent aux astronomes de discerner les différents motifs au sein de la nébuleuse, comme les longs et minces triangles de poussière agglomérée autour des étoiles, et qui donnent un bon aperçu de leur densité.

© ESO

Jusqu’ici, Vista a permis aux équipes de l’ESO d’identifier près de 5 millions de sources individuelles de lumière infrarouge à l’intérieur de l’ensemble, et de répertorier des étoiles en formation dont certaines font près d’un dixième de la masse du Soleil – à titre indicatif, le diamètre moyen du Soleil est de 1 392 684 kilomètres quand celui de la Terre est d’environ 12 742 kilomètres.

Un fait d’armes dérisoire en comparaison de l’étoile WR 25, elle aussi à l’intérieur de la nébuleuse, qui dégage plusieurs millions de fois l’énergie du Soleil, et qui, lors de son explosion, dans 1 à 3 millions d’années, sera même plus lumineuse que Vénus. Conclusion : mieux vaut donc avoir la nébuleuse de la Carène en photo, comme en atteste Phil Plait :

"Vous savez quoi ? Je suis ravi que ce truc soit à 75 000 trillions de kilomètres de nous. C’est sublime, mais bon sang ! Nous sommes suffisamment près pour l’étudier mais assez loin pour qu’on ne grille pas. C’est un compromis qui me va."

Oui, nous aussi, Phil. Nous aussi.

Culturophile pratiquante.