Comment des étudiants américains ont restauré des photos abîmées par la tempête Harvey

Ou comment redonner aux victimes de la tempête Harvey leurs souvenirs perdus et un peu d’espoir.

En août 2017, après le passage de la tempête tropicale Harvey, le Texas a été déclarée la zone la plus touchée des États-Unis. Les rues étaient inondées, on comptait pas moins de 60 centimètres d’eau, et des vents allaient à plus de 215 km/h. Harvey a été enregistrée comme une des tempêtes les plus puissantes depuis Katrina en 2005 et depuis 1961 dans l’État du Texas.

Cinq mois après la catastrophe, les villes se reconstruisent petit à petit, et s’en remettent, avec solidarité. Un groupe d’étudiants, en partenariat avec Adobe et des associations de bénévoles, a décidé d’aider les familles dont les biens ont été détruits ou endommagés. Sauf que ces étudiants se sont concentrés sur des souvenirs chers et inestimables aux yeux des victimes : leurs photos.

Venir en aide, grâce à la photo

© Adobe Students

Un bon nombre de photographies n’ont pas survécu à la tempête et à l’eau, mais quelques-unes ont simplement été abîmées, froissées et érodées sur les bords. La vidéo ci-dessus montre comment ces jeunes ont aidé à la restauration des photos de ces habitants : "J’ai tout perdu. Notre maison peut être réparée mais pas nos photos", déclare une victime dans cette vidéo touchante. Chaque personne présente une photo abîmée qui avait de la valeur à ses yeux.

Ainsi, nous voyons les étudiants retravailler chaque photo sur un logiciel de retouche, puis offrir les photos restaurées à leurs propriétaires, dans un cadre, avec toutes les réactions émouvantes qui en découlent : "Ma mère est morte quand j’avais 9 ans, elle s’appelait Amy, et ces photos étaient les seuls souvenirs que j’avais d’elle", raconte un jeune homme.

"C’est ma mère, je ne peux pas commencer ma journée si je ne regarde pas cette photo", explique une femme. Une autre conclut, avec justesse : "Cela apporte beaucoup d’espoir de savoir que si ces photos peuvent être restaurées, alors je sais que, dans une certaine mesure, je peux être 'restaurée' aussi."

© Adobe Students

© Adobe Students

© Adobe Students

Rédactrice en chef de Cheese et ex-Sorbonnarde, on ne m’a pas demandé si j’aimais le fromage avant d’arriver ici. Mais j'aime bien le fromage, donc tout va bien.