Les femmes s’exposent, un festival qui célèbre les femmes photographes

La ville d’Houlgate en Normandie accueille la première édition du festival Les femmes s’exposent, du 8 juin au 16 juillet 2018.

© Laurence Geai

Béatrice Tupin a été iconographe et cheffe du service photo de L’Obs pendant 24 ans. Un bout de vie durant lequel elle a pu observer la transformation d’un métier, et sa féminisation. Quand elle a commencé, il n’y avait pas une seule femme salariée, et elle comptait, toutes catégories confondues, 18 femmes photographes externes reconnues.

À l’initiative de ce festival, Béatrice Tupin nous présente Les femmes s’exposent :

"La vocation du festival est de favoriser la représentation de leurs travaux photographiques pour tenter de réduire les inégalités, de soutenir les nouvelles et anciennes générations, et de récompenser leur travail. […] C’est un festival pour sensibiliser les gens des services photo mais pas sur les publications, sur les choix des photographes. […] C’est mon grand regret de ne pas avoir lutté à l’époque. […]

Si les femmes photographes sont maintenant de plus en plus nombreuses et majoritaires à la sortie des écoles photo, elles restent sous-représentées dans les médias, prix, festivals et expositions. Je suis bien placée pour le savoir : en 24 ans à L’Obs, j’ai passé trop peu de commandes à des femmes. Certainement par manque d’habitude ou de curiosité, par peur de leur faire prendre des risques, par facilité aussi car une rédaction a ses habitudes. J’aurais dû proposer et imposer des femmes photographes que je savais talentueuses, mais je ne l’ai pas fait."

Un choix très personnel puisqu’elle a décidé de lancer le festival dans "sa ville d’adoption", à Houlgate. L’équipe du festival et la ville ont vu les choses en grand avec pas moins de 14 expositions en intérieur et en extérieur, ainsi que quatre prix pour récompenser les femmes derrière l’objectif, dans différentes catégories : portrait, reportage, conflit, sport, mode, art.

Françoise Huguier, marraine du festival

© Françoise Huguier

Pour marquer l’ouverture de cette première édition, la photographe Françoise Huguier sera mise à l’honneur à travers deux expositions : KPOP, une série de portraits de fans de pop coréenne en Malaisie ; et Sublimes, une sélection de clichés issus des travaux mode de la photographe. Celle qui a (trop) souvent entendu la question : "Tu crois que tu es capable ?", répond facilement : "Bah oui, je crois que j’ai été capable ! En espérant que ça va changer après le festival. Je crois qu’il faut aller encore plus loin et donner des coups de poing. In n’y a que ça qui marche."

Donner des coups de poing, et se serrer les coudes. Ainsi, Françoise Huguier a participé à la sélection des photographes exposées et a permis la participation de la photographe malienne Kani Sissoko qu’elle a rencontrée à Bamako et dont le discours courageux sur l’intégrisme et les traditions l’a touchée : "Au Mali, ça n’est pas facile d’être une femme photographe, cela demande du courage. Aucun membre de notre famille ne nous y encourage ; ils croient que c’est un travail d’homme. Mais nous en sommes fières et la passion nous tient", explique-t-elle.

Le but : représenter les femmes photographes, sans les limiter à aucun genre mais au contraire, mettre fièrement en avant une palette de talents qui vont des photos de Valérie Léonard, dont la série Black Hell sur les mines de charbon en Inde est exposée, au travail de Laurence Geai à Mossoul, en passant par les expérimentations artistiques de Margarita Ivanova. C’est enfin un hommage vibrant à une pionnière, Lee Miller. D’abord mannequin, puis photographe de mode et reporter de guerre, elle est entre autres connue pour sa photo dans la baignoire d’Hitler, et est une des rares femmes à avoir couvert la Seconde Guerre mondiale. Le festival expose des photos inédites de son reportage dans des hôpitaux ayant accueilli des blessés du débarquement de Normandie.

© Kani Sissoko

© Catalina Martin Chico

© Margarita Ivanova

© Karine Zibaut

© Lee Miller

Les femmes s’exposent, festival photo à voir à Houlgate (Normandie) jusqu’au 16 juillet 2018. Un aperçu des expos est déjà disponible en gare de Saint-Lazare et en gare de Caen.