En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

For Freedoms, l'événement qui invite des photographes à penser le monde en commun

La galerie new-yorkaise Aperture a organisé quinze jours durant des expositions et discussions autour du thème de la collectivité photographique.

Ruddy Roye, Reality. (Collection © Kamoinge)

Ruddy Roye, Reality. ("Réalité" ; © collection Kamoinge)

Pendant deux semaines (du 23 février au 9 mars), la galerie Aperture (une organisation à but non lucratif basée à New York et à rayonnement international, fondée en 1952) a accueilli une initiative mise en place par des artistes, afin de libérer la pensée collective. Celle-ci vise à "inspirer des engagements et discours plus politiques" dans l'art ainsi qu'à questionner la façon dont "l'art et d'autres formes de discours politiques forment les idées, les attitudes et les institutions de la société américaine".

L'événement était centré sur la "collectivité photographique", soit ce concept qui vise à "amplifier la voix individuelle afin de constituer un forum artistique". Le projet mêlait des expositions, des conférences et des dialogues entre différentes "communautés actives de photographie". Les discussions s'animaient autour de la question de la collectivité au sein de l'art photographique et sur ce qui définit l'aspect politique dans le processus artistique aujourd'hui. Plusieurs collectifs de photographes étaient inclus dans les expositions, à l'instar de EverydayClimateChange, Invisible Borders, Kamoinge, Piece of Cake, Rawi(ya) et WRRQ.

Ces collectifs viennent des quatre coins du monde et investissent leur art d'un message éthique ou politique. La confrontation de leurs œuvres entre elles et avec le public permet de débattre de questions photographiques : "L'art de créer du dialogue est-il intrinsèquement politique ? Diverses communautés créatives peuvent-elle être inclusives tout en restant cohérentes ? Que peut-on apprendre les uns des autres ?".

Ces œuvres d'artistes venant de différents pays entrent en résonance et permettent effectivement de créer une réflexion, non seulement sur l'art, mais aussi sur nos sociétés. Ces photographies, outre leur aspect esthétique, traitent de sujets tels que la crise migratoire, la pauvreté, le changement climatique ou la discrimination à l'égard de la communauté LGBT.

À la suite de cette manifestation, Aperture organisera cet été une exposition ouverte aux photographes amateurs et professionnels. La ligne directrice est "d'aborder ou exprimer l'une de ces quatre libertés fondamentales : liberté d'expression, liberté de culte, vivre à l'abri du besoin et de la peur".

Shawn Walker, Sammy Davis Jr. on 125th Street. (Collection © Kamoinge)

Shawn Walker, Sammy Davis Jr. on 125th Street. ("Sammy Davis Jr. dans la 25e rue" ; © collection Kamoinge)

John Pinderhughes, What's wrong with this picture? (Collection © Kamoinge)

John Pinderhughes, What's wrong with this picture? ("Qu'est-ce qui cloche dans cette photo ?" ; © collection Kamoinge)

(Collection © WRRQ)

(© collection WRRQ)

Russell Frederick, Dr. Gore Honors Trayvon Martin & Yusef Hawkins. (Collection © Kamoinge)

Russell Frederick, Dr. Gore Honors Trayvon Martin & Yusef Hawkins. ("Dr. Gore rend hommage à Trayvon Martin et Yusef Hawkins" ; © collection Kamoinge)

Emeka Okereke, Waiting, Rosso (Mauritania–Senegal border), 2014. (© Collection Invisible Borders)

Emeka Okereke, Waiting, Rosso (Mauritania-Senegal border), 2014. ("Attente à Rosso, frontière entre la Mauritanie et le Sénégal" ; © collection Invisible Borders)

Tom Saater, Running from Austria to Slovenia. (Collection © Invisible Borders)

Tom Saater, Running from Austria to Slovenia. ("Course de l'Autriche à la Slovénie" ; © collection Invisible Borders)