En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le trio de photographes Gorsad immortalise la jeunesse ukrainienne

À travers des images provocantes, l’équipe de Gorsad dresse un portrait de la jeunesse en Ukraine.

© Gorsad

À l’heure où les tensions politiques transforment l’Ukraine, le collectif photographique Gorsad a décidé d’immortaliser la jeunesse du pays en posant un regard différent de celui porté par les médias traditionnels. Photographiées de manière assez simple, souvent en intérieur, avec une lumière crue, les images du trio fabrique sont à la fois dures, drôles et subversives.

On y découvre des enfants et adolescents se mêler aux armes, à la drogue ou encore afficher un érotisme déplacé et dérangeant, pour notre plus grand malaise. Et pourtant, c’est bel et bien à travers cette provocation et ce décalage que les images de Gorsad nous interpellent : quel est le quotidien de ces jeunes gens en temps de guerre ? S’étant basé sur leurs expériences personnelles et de nombreux épisodes douloureux, les trois artistes ont voulu dresser le portrait d’une jeunesse pleine de vie, à la contre-culture irrévérencieuse, qui nous rappelle le mouvement punk et témoigne d’une réelle liberté.

Ces photos sont exposées à la galerie Dilecta à Paris depuis le 2 novembre dernier ; la commissaire d’exposition, Adèle Jancovici, explique à Lense l’importance de la violence dans ce travail :

"Confronté à la brutalité du monde, l’enfant, devenu démon malicieux, s’est approprié les codes de l’âge adulte pour renvoyer une image moqueuse, distordue ou critique. Gorsad invite ainsi à une reconsidération de la notion de pouvoir en effaçant les frontières entre la vie d’adulte et celle de l’enfant. Ils inventent un terrain de jeu où personne n’est innocent : les adultes abusent de leur position de dominants et les enfants ont des désirs, des colères et des pulsions. Mais qui domine réellement l’autre ?"

Un vent de rébellion souffle sur la galerie parisienne, et nous donne, par la même occasion, une véritable claque visuelle.

Gorsad, "Sour Patch Kids", du 2 novembre au 9 décembre 2017 à la galerie Dilecta.