En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

feature-encodeur

Google lance Guetzli, l'encodeur qui réduit le poids des fichiers jpeg sans perte de qualité

Vous trouviez vos images trop lourdes ? Google a peut-être trouvé la solution.

feature-encodeur

© Biel Morro

Nouveauté dans le domaine de l'image numérique, Google a récemment annoncé l'arrivée d'un nouvel encodeur open source appelé Guetzli, terme qui signifie "cookie" en suisse allemand. Ce nouvel algorithme permettra de réduire le poids des images jpeg d'environ 35 %, sans détériorer leur qualité.

En offrant la possibilité d'avoir des fichiers plus légers, cette avancée pourrait avoir de véritables conséquences positives, notamment sur notre navigation Web ou lors de transferts de fichiers. Les sites des photographes étant souvent difficiles à charger à cause du poids des fichiers, ce nouvel encodeur pourrait donc simplifier le quotidien de nombreux professionnels de l'image.

Dans son communiqué de presse, le géant du Web explique en détail comment fonctionne cet encodeur. Parmi de nombreux termes techniques complexes, nous pouvons comprendre que l'algorithme "ordonne" des données qui étaient jusqu'à présent désordonnées, rendant alors le fichier plus facile à compresser, et donc moins lourd par la même occasion. Cette nouvelle manière de compresser les images n'altère pas plus leur qualité qu'une compression jpeg classique, Google l'illustre d'ailleurs en images.

20x24 pixels zones zoom de l'oeil d'un chat. Uncompressed original sur la gauche. Guetzli (à droite) Affiche moins de sonneries que libjpeg (milieu) sans nécessiter une taille de fichier plus importante.

Test zoom de l’œil d'un chat. L'image originale est à gauche. Guetzli (à droite) offre un résultat moins pixélisé qu'une compression standard (au milieu) sans que l'image soit plus lourde.

Le seul inconvénient de cet encodeur, Google l'admet d'ailleurs, réside dans sa vitesse de compression relativement lente. À voir si ce nouveau moyen de compression va entrer dans nos habitudes et comment il pourra intégrer nos workflows, mais une chose est sûre, le poids des données sera l'un des enjeux capitaux de ces prochaines années.