En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Hassan Hajjaj et son esthétique pop donnent un nouveau regard sur Marrakech

Hassan Hajjaj est un artiste cosmopolite et touche-à-tout. Ses images présentent des personnages puissants, au sein d'une esthétique pop.

Hassan Hajjaj quitte son Maroc natal à l'adolescence pour l'Angleterre. Aujourd'hui encore, l'artiste partage son temps entre Marrakech et Londres. Les œuvres de l'artiste cosmopolite sont empreintes des cultures de ces deux pays, entre la culture club, l'esprit punk britannique et les influences orientales maghrébines. Les médias le surnomment le "Andy Warhol de Marrakech", en raison de son affiliation avec le pop art. Avec humour, celui-ci répondait il y a quelques mois qu'il s'identifiait plus à "Andy Walou" (jeu de mots signifiant "je n'ai rien" en arabe) qu'à Andy Warhol.

Plus qu'un photographe, Hassan Hajjaj est un artiste complet puisqu'il a lancé des lignes de mobilier conçu via du recyclage d'objets en Afrique du Nord, en même temps qu'une ligne de vêtements. Hassan Hajjaj a aussi mis un pied dans le cinéma documentaire en sortant Karima: A Day in The Life of A Henna Girl ("Karima : une journée dans la vie d'une henné girl", ndlr). Comme le note The Fader, son film est fidèle à son esthétique pop et à sa photographie vibrante.

Son film Karima découle de la série Kesh Angels (mélange entre le surnom de Marrakech, Marrakesh en anglais, et les Hells Angels), que le photographe a débutée à la fin des années 1990. Karima, la protagoniste principale du film et artiste au henné depuis son jeune âge, était une des premières personnes qu'il avait photographiée. La série insiste sur le caractère conquérant de ces femmes de la ville, qui chevauchent des motos à travers les rues étroites de la médina et posent avec fierté et défiance. Elles sont souvent vêtues de djellabas dessinées par le photographe lui-même, et mêlent leur identité marocaine à des accessoires occidentaux.

C'est dans les années 1980 qu'Hassan Hajjaj s'est tourné vers la photographie, tirant le portrait d'amis à lui, d'artistes et même d'étrangers dans les rues de la ville marocaine. Exposé à travers le monde, son travail propose une réflexion esthétique sur le mélange de la tradition et de la modernité, sur le mélange des cultures et la fierté nationale. Loin de toute étiquette, Hassan Hajjaj capture le quotidien et le rend extraordinaire grâce à ses images vibrantes et colorées.