J’ai testé pour vous : améliorer sa pratique photographique aux Rencontres d’Arles

Des stages pratiques aux lectures de portfolio, les Rencontres d’Arles peuvent vous faire progresser.

Photo Folio Review, Maison de la vie associative d’Arles. (© YellowKorner)

Si de nombreux photographes se rendent à Arles pour découvrir de nouveaux artistes et construire leur culture visuelle, il est aussi possible de profiter des Rencontres de la photographie pour perfectionner sa pratique.

En effet, chaque année, les Rencontres d’Arles organisent des stages avec des photographes renommés. Cette année, on retrouve, entre autres, Antoine d’Agata, Françoise Huguier ou encore Paolo Roversi. Allant d’une à quatre journée, de 190 à 740 euros, l’offre de formation est assez variée.

Présente durant la semaine d’ouverture des Rencontres de la photographie, j’en ai profité pour tester l’un de ces workshops. J’ai opté pour une séance avec Jérôme Bonnet, photographe portraitiste habitué des grands titres de presse comme Libération, Télérama ou encore Le Monde Magazine. Intéressée par sa maîtrise du portrait, je souhaitais bénéficier de ses conseils sur la gestion de la lumière mais aussi sur la direction de modèles.

Un jour et demi de formation

Le stage a débuté le matin à 10 heures, nous étions neuf participants. Nous avons tout d’abord commencé par une présentation et une lecture de portfolio publiques : le photographe regardait nos travaux, nous faisait des retours concrets sur nos images et nous donnait des pistes à creuser pour la suite.

Durant un temps d’échange avec Jérôme Bonnet, le photographe a prodigué des conseils pertinents sur les prises de vues : préparer sa lumière en amont, aller chercher l’expression un peu différente de ce qu’on a l’habitude de voir, diriger son modèle et ne pas se contenter de l’expression qu’il veut nous donner. Après ces précieux enseignements, nous sommes parti·e·s tous ensemble pour une séance photo.

Nous sommes arrivé·e·s dans un lieu atypique, où deux assistantes techniques, du matériel – flash, led, réflecteurs – et des modèles photo nous attendaient. Durant plus de trois heures, nous avons pu photographier les modèles en appliquant les conseils de Jérôme Bonnet et nous pouvions le solliciter si nous le souhaitions. Malgré des niveaux et des pratiques très hétérogènes, le photographe était capable de s’adapter aux besoins de chaque participant.

Le lendemain matin, le photographe a regardé les images prises durant la séance, a donné des conseils sur les images à choisir ou encore les erreurs qui auraient pu être évitées durant la prise de vues. Les participants ont pu repartir avec des tirages de leurs images et, s’ils sont sélectionnés, certains seront même exposés.

En effet, à la Maison des peintres, une exposition intitulée "Arles, le temps d’une immersion" montre les travaux réalisés durant les différents stages. Une belle opportunité de donner de la visibilité à son travail.

© YellowKorner

Confronter son travail à la critique

Autre manière de progresser : montrer ses images à des experts en allant à la Photo Folio Review organisée avec le soutien de YellowKorner. Durant la semaine d’ouverture du festival, 130 experts de la photographie – éditeurs, galeristes, photographes – du monde entier se réunissent pour faire des retours critiques sur les portfolios de photographes amateurs comme confirmés.

Chaque entretien avec un spécialiste dure environ 20 minutes, ce qui permet de se présenter, de montrer son travail et de recueillir des conseils précis et personnalisés pour progresser. Ces rencontres peuvent mener à des opportunités : non seulement elles permettent de nouer des liens avec des professionnels déjà bien installés, mais elles peuvent aussi vous permettre d’être exposé·e, car les experts votent pour leur portfolio favori et élisent un lauréat dont le travail est exposé l’année suivante dans la sélection officielle des Rencontres d’Arles. L’occasion de sortir du lot.

Pour avoir testé l’expérience, les professionnels rencontrés m’ont fait des retours précis et concrets, qui m’ont permis de prendre du recul sur mon travail et de savoir quels axes travailler. Pas de bla-bla mais des remarques pertinentes et justifiées. Bien évidemment, il faut garder en tête que ces retours restent subjectifs. Aurore Valade, lauréate de l’édition 2017, revient sur son expérience :

"Les membres du jury de Photo Folio Review amorcent des critiques, parfois très subjectives et immédiates, c’est alors à nous de les analyser, de les comprendre et aussi de les remettre en question. Il ne faut pas s’y laisser piéger et prendre du recul."

Que ce soit en assistant à un atelier au côté d’un photographe ou en participant aux lectures de portfolios, les Rencontres d’Arles peuvent donc être l’occasion de progresser et de donner un nouvel élan à votre pratique photographique.