En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Quand les modèles de Juergen Teller posaient sans fard devant son studio en 1998

À la galerie Alison Jacques jusqu’au 13 janvier 2018, une expo dédiée au photographe de mode Juergen Teller nous offre un retour en arrière dans les castings où il a immortalisé des visages en 1998.

Gisele Bündchen, Londres, 28 septembre 1998. (© Juergen Teller/avec l’aimable autorisation de l’artiste et de l’Alison Jacques Gallery, Londres)

Le teint diaphane, l’air boudeur et la moue innocente ou confiante, dans son studio photo de Londres, le photographe allemand Juergen Teller a vu passer plein de visages de mannequins. Depuis les années 1990, ce photographe de mode a signé les plus grandes campagnes : de Marc Jacobs à Yves Saint Laurent en passant par Burberry, durant laquelle il a collaboré avec la mannequin et activiste Adwoa Aboah.

Mais avant cela, en 1998, il commençait à prendre des photos bourrées de naturel, sans retouche, de jeunes mannequins : un style qu’il a su garder, malgré les impératifs des clients et des campagnes mode. Essentiellement féminins, ces modèles en herbe venaient pour des auditions, qu’on appelle dans le jargon le "go see", c’est-à-dire un casting informel, sans pression, sans brief, sans artifice, où le modèle se présente tel qu’il est dans la vie de tous les jours.

Lori Fredrickson, Londres, 23 mars 1999. (© Juergen Teller/avec l’aimable autorisation de l’artiste et de l’Alison Jacques Gallery, Londres)

On ne leur demandait pas de se maquiller, ni de porter un certain type de vêtements, ou même d’en ramener avec elles pour des essais. Elles pouvaient s’adonner à ce qu’elles savaient faire de mieux : de la danse, une acrobatie ou encore une simple expression de visage. Certaines sont devenues des mannequins connues, d’autres non − on reconnaît par exemple la top model Gisele Bündchen −, mais ce qui est sûr, c’est que Juergen Teller a su capturer à tout jamais leur âme brute et leur aura pure d’adolescente :

"Les mannequins de Go-Sees deviennent bien plus que de simples porteuses de valeurs esthétiques pour le monde extérieur. Alors que le regard photographique est façonné par et réciproquement façonne les conventions du "go-see", Teller suggère que même dans ces paramètres, il est possible de trouver de nouvelles façons de voir", explique Shannan Peckham, autrice du livre Juergen Teller Go-Sees, publié aux éditions Scallo en 1999.

La galerie londonienne Alison Jacques a décidé de réunir ces images, prises tout au long de l’année 1998 devant son studio photo, pour les mettre à l’honneur dans une exposition intitulée "Go-Sees". L’artiste fait également l’objet de deux autres expositions sur des thèmes différents, dans ces mêmes murs, appelées "Bubenreuth Kids" et "A Fairytale About a King", jusqu’au 13 janvier 2018.

Jen Dawson, Londres, 3 décembre 1998. (© Juergen Teller/avec l’aimable autorisation de l’artiste et de l’Alison Jacques Gallery, Londres)

29 octobre 1998. (© Juergen Teller/avec l’aimable autorisation de l’artiste et de l’Alison Jacques Gallery, Londres)

Dominique, Londres, 29 septembre 1998. (© Juergen Teller/avec l’aimable autorisation de l’artiste et de l’Alison Jacques Gallery, Londres)

Vesna, Londres, 24 septembre 1998. (© Juergen Teller/avec l’aimable autorisation de l’artiste et de l’Alison Jacques Gallery, Londres)

Carmel, Londres, 10 septembre 1998. (© Juergen Teller/avec l’aimable autorisation de l’artiste et de l’Alison Jacques Gallery, Londres)

Catherine Maurice, Londres, 30 mars 1999. (© Juergen Teller/avec l’aimable autorisation de l’artiste et de l’Alison Jacques Gallery, Londres)

"Go-Sees" (ainsi que "Bubenreuth Kids" et "A Fairytale About a King"), expositions de Juergen Teller, jusqu’au 13 janvier 2018 à la galerie Alison Jacques (Londres).

Rédactrice en chef de Cheese et ex-Sorbonnarde, on ne m’a pas demandé si j’aimais le fromage avant d’arriver ici. Mais j'aime bien le fromage, donc tout va bien.