En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le magazine Boys by Girls met à l’honneur le regard des femmes photographes sur les hommes

Boys by Girls célèbre la beauté masculine contemporaine à travers le regard photographique féminin, dans un magazine qui parle à tous et à toutes.

Derrière le magazine britannique Boys by Girls, il y a la volonté de dresser le portrait de "l’homme moderne", vu et interprété à travers le female gaze, c’est-à-dire le regard de femmes photographes. Dernièrement, beaucoup de livres, de magazines et projets liés directement à la photographie ont vu le jour pour rendre hommage au female gaze. Pour n’en citer que deux, évoquons le magazine She Shoots Film dédié aux femmes photographes et à l’argentique, et le livre Girl on Girl, mettant à l’honneur les femmes photographiées par des femmes.

Mais cette revue biannuelle, quelque peu avant-gardiste, a été lancée en 2011 et trouve de plus en plus sa place. À l’origine du projet, il y a la photographe de vêtements pour hommes, Cecilie Harris, qui voulait mettre en avant le travail de femmes pour parler d’hommes : "Boys by Girls fait la balance entre la mode, l’art et le documentaire à travers une photographie honnête et belle", déclare-t-elle sur le site. Si le magazine fait parler de lui aujourd’hui plus qu’il y a quelques années, c’est notamment grâce aux têtes d’affiche qu’il présente dans ses pages de papier glacé.

Dans Boys by Girls, chaque numéro met en lumière des hommes, artistes, acteurs, mannequins, peu importe tant qu’ils sont plutôt jeunes et prometteurs. Dans le dernier numéro, l’acteur de Stranger Things, Finn Wolfhard, a fait l’objet d’un édito photo signé Alana Paterson ; l’acteur de 13 Reasons Why, Miles Heizer, s’est fait photographier par Chloe Aftel, et Cole Sprouse, photographe et enquêteur dans Riverdale, s’est prêté au jeu sous l’objectif de Danielle Levitt. Un beau casting. On vous laisse apprécier l’esthétique poétique et délicate de ce magazine qui hésite entre noir et blanc et couleurs, à travers quelques clichés.

Rédactrice en chef de Cheese et ex-Sorbonnarde, on ne m’a pas demandé si j’aimais le fromage avant d’arriver ici. Mais j’aime bien le fromage, donc tout va bien.