En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Matthieu Tordeur a couru le marathon de Pyongyang et ramené des photos de Corée du Nord

Au cours d'un séjour de cinq jours en Corée du Nord, où il a participé au marathon de Pyongyang, Matthieu Tordeur a pu découvrir la nation la plus secrète de la planète et en a ramené une série d'images. 

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

Grand sportif, Matthieu Tordeur a eu l'occasion de participer au fameux marathon de Pyongyang, en Corée du Nord, et de séjourner cinq jours dans ce pays méconnu. En avril 2016, aux côtés de 1 800 coureurs du monde entier largement guidés et encadrés, il a pu découvrir cette culture si particulière, secrète et très politisée.

"Le tourisme, une machine bien huilée"

Il fut un temps où il n'était pas possible de sortir son appareil photo en Corée du Nord. Matthieu a eu la chance de s'y rendre après la levée de ces restrictions. Il nous explique tout de même que "le tourisme en Corée du Nord est une machine bien huilée" :

"À aucun moment le visiteur n’est autorisé à se promener librement dans le pays, il est accompagné par deux guides pour toute la durée de son séjour. Son passeport lui est retiré à l’arrivée et restitué à la sortie, après une fouille approfondie de ses affaires personnelles et de ses photographies. Si les compromis à accepter pour visiter la Corée du Nord sont nombreux, la visite est aussi fascinante que terrifiante et étrange."

Les photographies ramenées par Matthieu n'illustrent son voyage en Corée que dans une certaine mesure. Son appareil photo a en effet été passé au crible, le pays contrôlant scrupuleusement l'image qu'il reflète à l'international.

Plateau de tournage

Quand on regarde ses clichés, on a parfois l'impression que tout paraît joué, calculé au millimètre près et manque terriblement de naturel. Les sourires des habitants semblent figés. On ressent d'ailleurs bien leur adoration pour leur dirigeant, Kim Jong-un, qui est présent indirectement dans plusieurs scènes de la ville. Matthieu ajoute :

"Cinq jours au cours desquels j’ai parfois eu l’étrange sensation de me trouver sur le plateau d’un film, où tout le scénario tournait autour de la célébration du socialisme et de ses dirigeants autoritaires, où tous les acteurs et les figurants jouaient un rôle patriotique, sans la moindre fausse note ni l’ombre d’une contestation."

Une visite qui ne laisse pas indifférent et une vision du monde qui choque parfois. Ce photographe a pu vraiment vivre en immersion dans le régime communiste du 21e siècle. Selon lui, "la présence de visiteurs étrangers en Corée du Nord apporte, à une population opprimée, la preuve tangible qu’un autre monde existe. Cela ne peut pas nuire aux Nord-Coréens."

Outre le régime totalitaire assez déroutant, Matthieu garde de bons souvenirs de son marathon. Il décrit son voyage comme "une expérience humaine émouvante, où les valeurs du sport ne connaissent aucune frontière." Voilà qui parvient, malgré tout, à donner envie.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

© Matthieu Tordeur.

Rédactrice en chef de Cheese et ex-Sorbonnarde, on ne m’a pas demandé si j’aimais le fromage avant d’arriver ici. Mais j’aime bien le fromage, donc tout va bien.