En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Myles Loftin, le photographe que vous devriez commencer à suivre

À travers des photos solaires à l’esthétique léchée, Myles Loftin aborde d’importants sujets de société. Portrait d’un photographe de moins de 20 ans à l’avenir prometteur.

À seulement 19 ans, l'Américain Myles Loftin a déjà un univers particulièrement abouti. Photographe indépendant à Washington, il mêle à la fois portrait, mode et photographie intime. S’il est étudiant en première année de photographie à la Parsons the New School for Design à New York, son travail a déjà été publié par de nombreux titres de presse – Dazed Mad, Nylon Japan ou encore V Magazine – et exposé dans des espaces artistiques à Los Angeles. Sa maîtrise technique lui permet d’obtenir des images aux couleurs lumineuses et vibrantes. Loin de rester dans sa zone de confort, l’artiste expérimente sans cesse en peignant et en dessinant sur ses images ou encore en testant différents supports.

En plus d'être particulièrement belles, ses photos sont aussi riches en sens. Sensibilisé à de nombreux sujets, l’artiste utilise son talent pour aider à faire connaître d’autres artistes issus de minorités et considère l’art comme une forme d’activisme sociale. Ses images abordent donc des sujets importants comme le racisme ou l’identité de genre. Pour sa série Hooded, Myles Loftin a voulu dénoncer le racisme institutionnalisé en montrant la différence avec laquelle les hommes blancs et les hommes noirs sont représentés par les médias. Il explique sa démarche dans une interview livrée au site BET :

"Je voulais simplement montrer que nous existons sous des formes en dehors de la représentation des médias, qui est souvent biaisée. […] Je voulais juste que les gens puissent voir les hommes noirs sous une lumière différente. Nous pouvons être drôles, nous pouvons être doux, nous pouvons être féminins… Nous pouvons être ce que nous voulons. Nous ne devons pas être mis dans une boîte à cause de ce que les médias disent de nous ou la manière dont ils nous montrent."

Publiées sous le pseudo Golden Polaroid sur Instagram, ses photos ont déjà su séduire plus de 20 000 internautes. Des images solaires, dynamiques et engagées, aussi maîtrisées sur le fond que sur la forme. Il n’y a pas de doute, à 19 ans, Myles Loftin a déjà tout d’un grand.