Néons, douceur et tendresse : cette série photo va vous réchauffer

À 21 ans, la photographe Katja Stückrath, originaire de Patagonie, voyage désormais entre l’Amérique du Sud et l’Europe pour photographier des modèles, notamment à Berlin, Londres et récemment Prague. La série Love New est un projet intimiste inspiré du film Love de Gaspar Noé.

© Katja Stückrath

Depuis l’enfance Katja Stückrath est fascinée par l’univers du cinéma. Comme beaucoup de petites filles, c’est le métier d’actrice qui la faisait rêver. Puis en grandissant et en s’affirmant peu à peu, elle a compris que sa place était dans la narration ; elle aime les procédés de récit visuel. Sa série Love New fonctionne comme un film en proposant à travers une succession d’images feutrées l’histoire de ce jeune couple amoureux.

La jeune photographe a toujours été déterminée à travailler dans l’industrie du cinéma. Ainsi, il y a quelques années, elle est partie de son village de Patagonie, dans la province de Chubut, pour rejoindre Buenos Aires afin de faire une école de cinéma.

Si on lui demande d’où lui viennent ses inspirations en matière de photographie cinématographique, elle répond Natasha Braier (The Neon Demon), Benoît Debie (Love) et Matthew Libatique (Black Swan). La série Love New lui tient particulièrement à cœur, car c’est un hommage au travail de Benoît Debie dans Love.

Elle a seulement 19 ans lorsqu’elle réalise ce projet. C’est jeune, certes, mais elle n’a pas froid aux yeux. Elle parvient à capturer avec sensualité et élégance les moments de tendresse de ce couple qui se laisse apprivoiser sous son objectif.

Ces images minimalistes sont pourtant chargées d’émotion. Elle maîtrise avec finesse les reflets lumineux roses et bleus qui caressent les épidermes des deux amants. L’alternance de ces deux couleurs fonctionne comme un fil narratif. La performance est remarquable, Katja Stückrath n’a rien à envier aux plus grands du métier.

© Katja Stückrath

Un voile cinématographique pour chaque image

Elle a commencé à s’intéresser au storytelling dès l’âge de 15 ans en réalisant des clips vidéo avec la technique du "plan sur plan". C’est la mise bout à bout de plans dont les cadrages sont identiques ou presque, sur le même sujet ou non. Avec ses vidéos, Katja Stückrath se familiarise avec ses envies de création visuelle et de narration. Elle a pris goût à cette façon de faire, à tel point qu’aujourd’hui chaque prise de vue de Katja Stückrath est le fruit d’une histoire qu’elle crée et qu’elle veut partager.

C’est surtout pour ses photos de mode qu’elle est réclamée actuellement. La jeune photographe s’en émerveille et nous confie : "Je suis honorée de la chance que j’ai de pouvoir dire que je voyage en dehors de mon pays pour faire des shootings avec les modèles de la région visitée."

Toutefois, même dans le cadre de shootings mode, la jeune photographe ne peut s’émanciper de sa pulsion de narratrice. Chaque modèle est pour elle "sa poupée" pendant quelques instants et son but est de trouver et capturer le caractère unique de la personne à travers une pose, une lumière, un regard. Elle donne un certain "voile cinématographique" à chacune de ses images.

La zone géographique où elle voyage a toujours une place importante dans son inspiration. Pour elle, l’environnement est doté d’un pouvoir narratif également. D’ailleurs, c’est pour cela qu’elle souhaite s’installer à Londres après ses études : elle explique que la "météo maussade" est propice à l’inspiration.

© Katja Stückrath

Un regard humaniste

En arrivant à Buenos Aires pour étudier à la fac de cinéma, Katja Stückrath a commencé parallèlement à travailler avec les agences de mannequinat de la ville. Le monde de la mode l’intéresse beaucoup, et elle le combine avec sa philanthropie naturelle :

"J’aime tout particulièrement faire des portraits, car je me sens connectée à la personne que je photographie. Une connexion s’établit quand je regarde la personne dans les yeux et c’est ce que j’essaye de capturer. Je veux que les gens qui voient le portrait puissent accéder à cette sensation. C’est l’essence de la personne selon moi."

Katja Stückrath est sensible aux énergies qui se dégagent entre les uns et les autres lorsqu’elle capture ses images et c’est sûrement la raison de la charge émotive et sensorielle que l’on peut sentir au fil des photos de la série Love New :

"Je prends toujours le temps de faire connaissance avec les personnes qui se montrent à mon objectif. Je suis persuadée qu’en se sentant plus à l’aise et en confiance, le fruit de notre collaboration sera meilleur. En photographie, la confiance joue un rôle capital, c’est ce qui permet d’accéder au caractère unique de chacun."

Grâce à sa sensibilité mêlée à sa grande maturité artistique, Katja Stückrath est capable de transmettre bien plus que des images. Elle dépasse le champ uniquement visuel pour atteindre un niveau sensoriel. Les photos intimistes de Love New ont la particularité d’unir récit visuel et douceur sensuelle sans jamais basculer dans la vulgarité. Les sens sont à l’honneur. Tous les registres sont convoqués pour créer chez le spectateur l’impression de partager quelque chose avec ces deux amants, de les comprendre et de connaître leur histoire.

Avant d’arriver au poste de directeur de photographie, Katja Stückhart peut se féliciter d’avoir créé à 19 ans un projet visuel qui, à défaut d’être un film, nous donne l’impression d’en avoir vu la scène principale, si ce n’est le film en entier.

© Katja Stückrath

© Katja Stückrath

© Katja Stückrath

© Katja Stückrath

© Katja Stückrath

© Katja Stückrath

© Katja Stückrath

Vous pouvez suivre le travail de Katja Stückhart sur Facebook et Instagram ainsi que sur Vimeo.