5 œuvres à ne pas rater lors de la Nuit Blanche 2018

Réservez votre nuit du 6 octobre 2018 !

© Nuit Blanche/mairie de Paris

Durant la nuit du 6 au 7 octobre prochain, l’art va envahir Paris pour la 17e année consécutive. Du cœur de la ville à sa périphérie, toute la capitale sera habitée par les œuvres. La plupart d’entre elles seront regroupées dans quatre lieux de la capitale joliment baptisés "constellations" : on retrouve alors la constellation des Invalides, celle de l’île Saint-Louis, la constellation de La Villette ou encore celle de la Porte dorée.

Toutefois, que choisir parmi cette myriade d’œuvres proposées avec une seule nuit à disposition ? Vous avez de la chance, on vous a fait une petite sélection de nos coups de cœur de cette année.

Une délicate immersion dans un monde aquatique

© Eva Medin

À l’occasion de la Nuit Blanche, même les complexes sportifs se mettent au diapason de l’art, comme en témoigne la piscine Rouvet du 19e arrondissement de Paris qui devient le théâtre d’une installation immersive signé Eva Medin. Dans la pénombre, on découvre un cosmonaute à la dérive, accroché à ce qui ressemble à un radeau. Loin d’être paniqué, ce dernier s’ennuie et attend. Une musique, signée Pointe du Lac, est synchronisée à chacun de ses mouvements, ce qui compose une mélodie unique et aléatoire. On regarde le personnage jouer avec des accessoires comme un bateau téléguidé ou encore une flûte à bec, etc. En alternance, des plongeurs passent dans l’eau de temps à autre, produisant quelques interludes.

Un beau moment de contemplation dans un cadre insolite, poétique et enfantin. De votre côté, pas besoin de prendre votre maillot de bain, vous n’aurez qu’à profiter du spectacle.

Eva Medin, Storm Station. Constellation de La Villette, le samedi 6 octobre, de 20 heures à 2 heures.

Une escapade psychédélique avec Abdelkader Benchamma

Abdelkader Benchamma, Neither the sky nor the earth – Biennale de Sharjah, 2017. (© Galerie du jour agnès b. et Isabelle Van Den Eynde)

Pour le 10e anniversaire de la réouverture du collège des Bernardins, Abdelkader Benchamma métamorphose sa nef en déployant un dessin géant au sol, ce qui transforme totalement la perception de ce lieu chargé d’histoire. Monumentales, ces immenses formes abstraites et dynamiques figurent le big bang. Pour un moment psychédélique au cœur du 5e arrondissement.

Abdelkader Benchamma, Écho de la naissance des mondes, au Collège des Bernardin. Constellation de l’île Saint-Louis, le samedi 6 octobre, de 20 heures à 3 heures.

Une rencontre extraterrestre au bassin de La Villette

Fabien Léaustic, geyser, 2018. (© Agence Eva Albarran)

À la constellation de La Villette, nous sommes intrigués par l’œuvre de Fabien Léaustic. Devant le bassin circulaire de la Cité des sciences et de l’industrie, l’artiste va créer un immense geyser extraterrestre. En effet, une épaisse boue rouge sera propulsée à 20 mètres de haut à intervalles aléatoires mais durant toute la soirée.

À la frontière entre arts et sciences, l’installation a pour but de proposer un spectacle de "désastre organisé". Une curieuse dystopie, qui montre une nature ayant repris ses droits suite aux ravages de l’activité humaine. À la fois merveilleuse et inquiétante, l’œuvre va mettre en ébullition le parc de la Villette.

Fabien Léaustic, Geysa, à la Cité des sciences et de l’industrie. Constellation de La Villette, le samedi 6 octobre, de 19 heures à 7 heures.

Voir la tour Eiffel se liquéfier

© Stephen Leonardi/Unsplash

Le street artist Zevs est invité à réaliser une performance de mise en lumière de minuit à 7 heures du matin. Son œuvre, intitulée Eiffel Phoenix, a pour ambition de faire "fondre" la Dame de fer grâce à un habile jeu de lumière. Avec cette œuvre accessible à tous – et depuis différents points de vue parisiens –, l’artiste s’empare du symbole de la ville lumière pour se le réapproprier et transforme le paysage parisien le temps d’une soirée.
Il souhaite "détourner, à dessein, la fonction spectaculaire" du monument pour véhiculer un propos engagé, puisque l’œuvre fait référence, d’après l’artiste, à une "liquidation de la société contemporaine". Une fois totalement "liquéfiée", la tour Eiffel reprendra ses droits et son éclairage habituel, en retraçant les différentes étapes de sa construction en 1889. L’occasion de voir la Dame de fer sous un autre jour.

Zevs, Eiffel Phoenix, constellation des Invalides, le dimanche 7 octobre, de minuit à 7 heures.

Une jungle dans le métro parisien

© David Rodes/Florian Viel

L’art ne vous quittera pas durant cette Nuit Blanche, puisque même vos trajets en métro pourront vous faire rencontrer des œuvres. En effet, la RATP a permis à l’artiste végétal Florian Viel ainsi qu’à sa Tropicool Company de construire une véritable jungle dans les métros de la ligne 1.
 
La rame de métro devient alors une serre mouvante et le spectateur est invité à faire corps avec la végétation. Le but de l’artiste – en plus de faire vivre au passager une expérience atypique – est de destituer l’humain de sa présumée supériorité sur les autres espèces et de créer un véritable mélange des règnes. Il y a de fortes chances pour que votre trajet soit plus convivial et que l’air du métro devienne un peu plus respirable.
 
Florian Viel et la Tropicool Company, métro ligne 1, le dimanche 7 octobre, de 2 h 30 à 5 h 30.