En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Mutters Schuhe. (© Nina Roeder)

Nina Röder immortalise trois générations de femmes en posant avec sa mère et sa grand-mère

Trois générations de femmes : la grand-mère, la mère et la photographe vues dans un même cadre, au sein de mises en scène identiques et à travers différentes perspectives.

Mutters Schuhe. (© Nina Roeder)

Mutters Schuhe. (© Nina Röder)

Malgré le temps qui passe et les générations qui défilent, l’environnement reste le même chez les femmes de la famille Röder. C’est ce qu’exploite la série photo Mutters Schuhe ("Dans les chaussures de ma mère", en allemand) de Nina Röder.

Dans ce projet, la photographe recrée les souvenirs de sa mère quand elle était adolescente à travers trois points de vue différents : comment sa mère se souvient de certains moments, comment sa grand-mère pense que sa fille devait se sentir quand elle était plus jeune et enfin, sa propre perspective.

À travers ses photographies, elle a voulu plonger dans les souvenirs de sa mère en s’intéressant de plus près à sa jeunesse, pour mieux la connaître et indirectement, mieux se connaître elle-même. Elle raconte :

"L’idée de ce projet m’est venue en m’intéressant à la jeunesse de ma mère. Je voulais la voir non seulement en tant que mère, mais en tant que femme qui a eu une vie avant moi. Une vie pleine d’espoirs, de premières amours, de rêves et d’idées.

Le cadre choisi est en réalité l’ancienne maison de mes grands-parents. La maison se trouve dans une campagne allemande, là où ma mère a grandi, et n’a subi aucune modification depuis plus de quarante ans. J’ai été très chanceuse de faire ce shooting dans ce cadre qui semblait être parfait pour moi.

J’ai tenté d’immortaliser l’esthétique des chambres de ma famille. Les vêtements qu’on porte toutes les trois sont de vieux vêtements de ma mère, et chaque tenue reflète un événement marquant. Par exemple, la robe rose est celle que portait ma mère durant son bal de promo quand elle n’avait que 16 ans."

"Le temps modifie notre perception de certains souvenirs"

Mutters Schuhe. (© Nina Roeder)

Mutters Schuhe. (© Nina Röder)

Presque toutes les œuvres de Nina Röder sont influencées par des aspects conscients (voire inconscients) d’histoires familiales. C’est la raison pour laquelle elle demande à ses modèles, dans quelques-unes de ses séries (comme On Being Divine), de porter les vieux vêtements que sa grand-mère garde depuis des années :

"Mes grands-parents ont été expulsés de Bohême (République Tchèque) après la Seconde Guerre mondiale, de sorte qu’ils ont perdu tout ce qu’ils avaient. Je suppose que c’est la raison pour laquelle ma grand-mère garde tous ses vieux vêtements ou meubles depuis ces quarante dernières années."

Sur son site Web, Nina écrit que "les émotions et le temps peuvent nous métamorphoser et modifier notre perception de certains souvenirs". Elle se demande comment sa mère se voit dans ses souvenirs, quelles émotions correspondent à tel ou tel souvenir et comment ses ressentis ont pu changer au fil du temps. Elle se penche aussi sur la façon dont sa grand-mère se souvient de ces instants dans la vie de sa fille.

Mutters Schuhe. (© Nina Roeder)

Mutters Schuhe. (© Nina Röder)

Vous pouvez retrouver le travail de Nina Röder sur son site.

i'm quite cheesy sometimes.