Des ondes sonores transformées en images psychédéliques

En utilisant de l’eau, un haut-parleur et des néons, le photographe Linden Gledhill a réalisé une série hypnotique aux accents 70’s.

© Linden Gledhill

Biochimiste de formation, le photographe Linden Gledhill est passé maître dans l’art de rendre visible l’invisible. Des textures délicates d’une aile de papillon aux couleurs insoupçonnées d’un flocon de neige, son travail témoigne de la beauté infiniment petite de la nature, révélée par la science et transformée en art.

Quand il n’est pas collé au viseur de son appareil, l’œil de Gledhill s’aventure derrière les lentilles de microscopes customisés par ses soins pour ne laisser passer aucun détail, ou se concentre sur l’écran d’un ordinateur qui matérialise et fixe, grâce à un logiciel, les mouvements de ferrofluides magnétiques, entre autres matières.

Ces dernières années, le photographe s’est penché sur les images que les ondes sonores peuvent générer pour sa série Cymatics. D’une expérience exclusivement auditive, Gledhill a extrait un univers visuel composé de motifs ultra-colorés, aussi hypnotiques qu’une lampe à bulles 70’s – et moins risqué qu’un trip sous acide.

© Linden Gledhill

Pour obtenir ces images hallucinantes, Gledhill a reproduit le dispositif d’un Cymascope, conçu pour créer différentes vibrations sonores. Le photographe a placé un réservoir d’eau sur un haut-parleur d’une dizaine de centimètres de diamètre, il a séparé les deux objets par une fine membrane, et a éclairé ce réservoir avec des néons.

Le haut-parleur a été relié à un ampli, lui-même connecté à un ordinateur générant un signal qui produit des nappes de son. Le photographe a ensuite capturé ces vagues sonores à mesure de leur passage à travers le haut-parleur, à l’aide d’un appareil photo avec une vitesse d’obturation extrêmement élevée, les vibrations étant trop rapides pour être détectées par l’œil.

© Linden Gledhill

À des fréquences hautes, les ondulations obtenues, plus intriquées, déforment et reflètent davantage les néons. À des fréquences plus basses, les lignes créées par le son s’alignent si parfaitement qu’elles semblent quasiment immobiles.

C’est en variant la fréquence des vibrations, en modifiant la couleur des néons, mais aussi en alternant entre différentes formes de réservoirs, que Gledhill a pu réaliser ces clichés aussi complexes, avec une diversité de motifs qui laissent libre cours à l’imagination – le photographe lui-même s’amuse à y voir une tête d’alien, un mouton ou une tortue. Une sorte de test de Rorschach psychédélique, en somme.

© Linden Gledhill

© Linden Gledhill

© Linden Gledhill

© Linden Gledhill

© Linden Gledhill

© Linden Gledhill

© Linden Gledhill

© Linden Gledhill

© Linden Gledhill

Culturophile pratiquante.