Le photographe Andrew Miksys a immortalisé pendant 10 ans la jeunesse lituanienne dans des clubs

Sous la boule à facettes, portrait de Lénine oublié. Le photographe américano-lituanien Andrew Miksys a immortalisé la jeunesse lituanienne dansant sur les ruines soviétiques afin de restituer un tourbillon d’incertitudes sous les stroboscopes.

Andrew Miksys

© Andrew Miksys

Né à Seattle de parents lituaniens, Andrew Miksys a renoué avec ses racines lors d’un premier voyage sur la terre de ses ancêtres en 1995, puis s’ensuivit une expatriation d’une année, en 1999. Un soir quelconque dans un village perdu de Lituanie, Andrew découvre une discothèque désuète et se retrouve tout de suite absorbé par l’atmosphère si particulière du lieu et les noctambules qui le peuplent.

Devenus son principal sujet d’étude photographique, les clubs compilent l’héritage d’un lourd passé ; dans ces anciens bureaux soviétiques ou prisons transformés en exutoires, masques à gaz, portraits d’antan sont relégués dans des arrière-pièces pour laisser place sur la piste de danse à la fougue de la jeunesse.

Le livre DISKO, mal perçu par les Lituaniens qui aspirent à ne montrer qu’une facette moderne de leur pays membre de l’Union européenne depuis 2004, capture en 46 photographies la dichotomie entre les débris soviétiques et le lâcher prise d’une génération face à son futur incertain.

Andrew Miksys

© Andrew Miksys

Andrew Miksys

© Andrew Miksys

Andrew Miksys

© Andrew Miksys

Andrew Miksys

© Andrew Miksys

Andrew Miksys

© Andrew Miksys

Andrew Miksys

© Andrew Miksys

Andrew Miksys

© Andrew Miksys

Andrew Miksys

© Andrew Miksys

Andrew Miksys

© Andrew Miksys