En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

dreamcamerafeat

Déçu de ne pouvoir s’offrir l’appareil de ses rêves, un photographe fabrique le sien avec une imprimante 3D

Alors qu’il rêvait de s'offrir de nombreux modèles totalement inaccessibles, un photographe anglais a décidé de créer lui-même son propre appareil.

dreamcamerafeat

Le photographe anglais Paul Kohlhaussen s’est amusé à dresser la liste des appareils qu’il rêverait d’avoir. Déçu de se dire qu’il n’aurait probablement jamais les moyens de s’offrir tous ces modèles, mais ne reculant devant aucun obstacle, il a tout simplement décidé de fabriquer lui-même un appareil qui combinerait toutes les caractéristiques de sa wish list : un projet ambitieux, qu’il a mené à bien grâce à une imprimante 3D.

En effet, comme le relate le site Peta Pixel, sans avoir de connaissances particulièrement poussées en design – et sans jamais avoir fabriqué d’appareil auparavant –, le photographe a fait de nombreuses recherches afin d’être capable de mettre au point l’appareil photo parfait d’après ses critères. Il a donc conçu un appareil moyen format, intitulé PK-6142016 – qu’il surnomme souvent "le cyclope moutarde". L’appareil combine le format d’un Mamiya 7, la manière de charger la pellicule d’un Leica M ou encore le ratio d’un Hasselblad XPan. Pour ce qui est de l’optique, l’habile bricoleur a opté pour un 90 mm de la marque Schneider Kreuznach : un élément primordial puisque tout le design de l’appareil a été conçu autour de cette optique. Le photographe revient sur ce choix dans une interview livrée au blog The Phoblographer :

"Je n’avais aucun moyen de créer l’optique, du coup j’ai acheté un ancien Schneider Kreuznach, un Super Angulon 90 mm conçu pour les caméras 4 × 5. J’ai créé le corps de l’appareil autour de cette lentille. Il s’agissait d’un compromis entre la fabrication d’une caméra facile à utiliser, tout en restant dans le cadre de ce qui m’était possible d’accomplir en seulement 4 mois, pour un premier modèle en 3D. L’objectif n’a même pas un mécanisme de mise au point, par défaut, la focale se fait sur l’infini et il faut insérer des crochets d’espacement pour la modifier. J’ai conçu le boîtier de sorte à ce qu’il puisse être utilisé avec des soufflets de mise au point."

Les différentes parties de l’appareil ont été réalisées en polyamide à l’aide d’une imprimante 3D, "la seule façon de pouvoir m’assurer que les mesures seraient suffisamment précises pour cette qualité de lentille", explique le photographe. Paul Kohlhaussen a partagé les images prises avec son appareil et elles paraissent plutôt réussies. Un projet audacieux, mais le défi semble relevé.

frontviewholdingprinted modular parts sample3 feldsee-small
frank-park-small

Vous pouvez retrouver le travail de Paul Kohlhaussen sur son site personnel et son compte Instagram.