En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Entre fusion et émotion, plongée en images dans l’intimité de jeunes couples

Attention :
Contenu explicite

Cet article a été classé comme "contenu explicite", ce qui signifie qu'il peut contenir de la nudité ou tout autre contenu sensible. En cliquant sur ce lien vous certifiez être majeur et conscient du contenu que vous allez visionner.

Warning

L’intimité qui se dégage des moments qu’on passe entre amoureux n’a pas d’égal.

© Roxy Hervé

Les moments intimes en révèlent beaucoup sur nous-mêmes, tout en nous dévoilant la vérité la plus nue et la plus inaccessible sur l’autre. Ces moments sont parfois doux, d’autres fois drôles, sensuels, voire douloureux, mais une chose est sûre : une vérité bien particulière se dégage de ses instants.

Et si un objectif était là, dans votre chambre, pour capturer cette intimité ? Qu’apprendriez-vous sur vous-même et sur la personne avec laquelle vous êtes ? La façon dont vous aimez qu’on vous cajole, qu’on vous caresse, ou toutes ces choses que vous préférez faire dans l’obscurité… C’est le terrain sur lequel la photographe parisienne Roxy Hervé s’est aventurée pour son dernier projet Lovers.

© Roxy Hervé

Ces derniers mois, Roxy les a passés à chercher des amants de toute sorte et de toute orientation sexuelle, qui la laissent entrer dans leur chambre à coucher pour documenter les enchevêtrements de corps qu’elle y observe. Elle décrit son projet comme une exploration précise "du corps humain et de son environnement", et explique à Vice l’origine de sa série :

"À Paris, un couple m’a contactée, la fille m’a dit : 'J’aime tes photos et je voudrais faire un shooting avec mon copain, tu serais partante ?' J’ai répondu que oui, et je me suis dit que je trouverais bien quelque chose d’ici là.

On s’est rencontrés dans leur appartement, et ils ont commencé à se confier à moi, sans complexes, sur leur relation. On a passé toute la soirée à boire et ils me confiaient des secrets que je n’aurais jamais dû connaître, on ne s’était jamais vus avant."

Elle raconte que, la boisson et la conversation aidant, le couple se lâchait de plus en plus et qu’en quelques instants, elle s’est retrouvée à le photographier dans sa chambre. C’est ainsi qu’est née sa quête photographique : capturer l’intimité des amants.

Comment mettre à l’aise le couple

On a tendance à s’imaginer que l’authenticité des élans affectifs est un peu altérée par la présence de Roxy − comment se détendre et être naturel quand une inconnue avec un téléobjectif est en train de vous regarder ? −, mais ce n’est pas toujours le cas :

"Bien sûr, au début, il y a toujours un peu de gêne, mais ça se dissipe avec une blague ou autre, il faut que la confiance soit là. À la fin du shooting, tout le monde est heureux et dit avoir adoré l’expérience."

Pour apaiser les craintes, Roxy commence ses shootings par un entretien avec ses modèles d’un jour : "À chacun, je pose la même question individuellement : 'est-ce que tu te souviens de la fois où tu t’es rendu compte que tu aimais l’autre ? Pas simplement le moment où tu t’es senti·e attiré·e, mais la fois où tu t’es rendu compte que tu aimais l’autre et que ce n’était pas que du sexe ?'"

© Roxy Hervé

Ce petit échange aide à instaurer une certaine confiance entre le couple et la photographe. Il permet surtout d’éviter le malaise que la présence d’un tiers peut causer, en remettant au cœur du sujet l’attraction du couple : "Je crois que ça aide que je sois une fille. Les filles ne sont pas pudiques du tout ; ce sont surtout les garçons qui sont pudiques".

Roxy souhaite que l’on arrive à voir ses photos au-delà de l’aspect sensationnel de "la photographe qui prend en photo les couples en train de faire l’amour". Ce n’est pas ce dont il est question. Quand vous êtes avec une personne que vous aimez, l’intimité c’est un peu plus que du sexe, non ? Elle explique :

"Quand je regarde mes photos, je n’y vois rien de pornographique. On n’y voit pas de pénis en érection ou de vagin. On voit parfois des seins, mais pour moi, les seins, ce n’est pas un truc érotique, c’est juste des seins.

Ce qui m’intéresse, ce sont plutôt les poses prises et la fusion entre deux corps que des parties spécifiques. Mes photos ne sont pas très érotiques, elles sont sur le fil, mais ce n’est pas ce qui importe le plus."

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

© Roxy Hervé

Vous pouvez également suivre le travail de Roxy Hervé sur Instagram.