En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Des photos de Hugh Hefner révèlent son activisme pour la défense des droits des Noirs

L’homme à l’éternel peignoir de soie s’est éteint le 27 septembre dernier, à l’âge de 91 ans. Il laisse derrière lui un héritage complexe, qui dévoile un profil méconnu d’activiste pour la défense des droits des Noirs, loin de son Manoir exubérant et de ses Bunnies.

http://reverienocturne.tumblr.com/post/165967198790/dick-night-train-lane-dinah-washington-et-hugh

À l’image de son magazine, où se côtoient photos dénudées de "girls next door" et textes littéraires avant-gardistes de Ray Bradbury ou de Charles Beaumont, la personnalité médiatisée de Hugh Hefner repose sur un paradoxe. Côté pile, c’est le sulfureux créateur d’un empire de 110 millions de dollars fondé sur un magazine qui a contribué à imposer une vision sexiste des femmes et de leur corps, idéalisé, standardisé, réduit à l’état d’objet pour assouvir les fantasmes masculins.

Côté face, c’est un homme qui se revendique farouche défenseur des droits humains et qui pose tout sourire aux côtés d’Ella Fitzgerald ou de Louis Armstrong en pleine ségrégation. Des photos qui témoignent aujourd’hui d’une facette méconnue de Hugh Hefner, celle d’un homme qui s’est impliqué toute sa vie dans la lutte contre les discriminations, et qui a publié dans ses pages les interviews de Miles Davis, Martin Luther King, Malcolm X et Alex Haley.

http://reverienocturne.tumblr.com/post/165967206555/ella-fitzgerald-et-hugh-hefner

Bien avant le sexe, le goût pour la controverse de Hefner s’est manifesté dans la musique, notamment le jazz qu’il préfère aux chansons traditionnelles qui plaisent à la frange conservatrice de l’époque. Hefner est le premier à faire jouer des artistes noirs devant un public blanc lorsqu’il crée avec son ami le chanteur Tony Bennett en 1959 le Playboy Jazz Festival, où se produisent stars du jazz et jeunes talents, sans distinction de couleur de peau.

Trois jours de concerts frénétiques qui rassemblent Miles Davis, Duke Ellington, Ella Fitzgerald, ou encore Nina Simone, sous les yeux de l’Amérique conservatrice, choquée qu’artistes blancs et noirs cohabitent dans un même lieu.

http://reverienocturne.tumblr.com/post/165967220570/sammy-davis-jr-et-hugh-hefner-playboys

Galvanisé par l’expérience, le magnat ne s’arrête pas là et lance l’année suivante sa propre émission de télévision, The Playboy’s Penthouse, où sont invités des artistes privés d’antenne du fait de leur couleur, dont Dizzy Gillespie, Sammy Davis Jr. et The Gateway Singers, un groupe composé d’une chanteuse noire et de musiciens blancs.

L’inauguration du premier club de jazz Playboy à Chicago en 1961, bientôt suivie par l’ouverture de deux franchises à Miami et à La Nouvelle-Orléans, offre une plateforme inespérée aux artistes noirs qui peuvent enfin se produire dans des cabarets qui ne leur sont pas exclusivement réservés.

Quand des Noirs se voient refuser l’entrée du club de La Nouvelle-Orléans du fait de la loi en vigueur dans l’État, Hefner rachète les franchises pour conserver son indépendance. Dans la foulée, il invite Dick Gregory à se produire dans la capitale de la Louisiane. Il sera le premier humoriste afro-américain à monter sur scène face à un public blanc.

http://reverienocturne.tumblr.com/post/165967215025/sarah-vaughn-chicago-playboy-club

http://reverienocturne.tumblr.com/post/165967202655/errol-garner-et-hugh-hefner

http://reverienocturne.tumblr.com/post/165967226480/louis-armstrong-et-hugh-hefner

http://reverienocturne.tumblr.com/post/165967222930/rick-james

Le livre Playboy Swings: How Hugh Hefner and Playboy Changed the Face of Music est disponible sur Amazon.

Culturophile pratiquante.