En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pixy Liao interroge le modèle du couple à travers des mises en scène fantasques

À travers ses photos, l'artiste chinoise Pixy Liao inverse les rapports de force au sein du couple hétérosexuel. Elle met en scène son compagnon, Moro, dans des images sous forme de jeux de mots visuels. 

Baiser sous observation, 2015. (© Pixy Liao)

Baiser sous observation, 2015. (© Pixy Liao)

"Moro est ma muse", affirme l'artiste chinoise Pixy Liao à propos de son compagnon. Depuis dix ans (sur onze ans de relation), la photographe met en scène son partenaire, souvent à ses côtés, afin de questionner les dynamiques des relations amoureuses et la façon dont le couple est représenté. Mais c'est aussi une vision de la société chinoise qui se lit en filigrane à travers ses images, comme le précise le site Dazed.

Pixy Liao a quitté son travail en tant que graphiste afin de poursuivre une carrière dans laquelle elle trouverait plus de liberté. Elle quitte alors sa Chine natale pour étudier la photographie aux États-Unis. Cette nouvelle carrière lui ouvre de prometteuses perspectives d'affranchissement, desquelles elle se joue dans ses nombreux projets d'art contemporain. Elle nous explique que, selon elle : "La photographie est similaire à la peinture. Elle permet de peindre, non pas avec de la peinture mais avec la réalité."

Dans sa série Experimental Relationship ("Relation expérimentale", ndlr), Liao se détache des représentations conventionnelles des relations hétérosexuelles et échange les rôles traditionnels attribués à chaque sexe :

"En tant que femme ayant grandi en Chine, je pensais que je ne pouvais aimer que quelqu'un de plus âgé et de plus mature que moi, qui pouvait être mon protecteur et mon mentor. Puis j'ai rencontré mon copain actuel, Moro. Étant donné qu'il a cinq ans de moins que moi, j'ai senti que le concept entier de la relation de couple changeait pour moi du tout au tout. Je suis devenue la personne qui avait davantage d'autorité et de pouvoir.

Un de mes amis m'a même demandé comment je pouvais choisir mon compagnon de la même façon qu'un homme choisit sa compagne. Et je me suis dit : 'tout à fait, c'est exactement ce que je suis en train de faire, et pourquoi pas ?'"

Au croisement du jeu de mot visuel et de la neutralité pure

L'"expérimentation" de Liao a commencé un an après que Moro et elle se sont mis ensemble. C'est donc autant un projet artistique qu'une expérience basée sur leur couple, expérience qui les a suivis et que l'artiste compte poursuivre autant de temps que durera leur relation. Orchestrées de A à Z par l'artiste, les photos sont le plus neutre possible "afin d'éviter toute information non nécessaire". Ainsi les expressions de Moro et Pixy sont impassibles. De même, la photographe considère que la nudité est l'apanage de la neutralité :

"Quand les gens portent des vêtements, cela ajoute une autre strate de signification. La couleur, le design, etc. Cela ajoute une autre intention à la photographie. Donc quand je pense que les photos n'ont pas besoin d'autre information, je préfère la nudité."

La neutralité et l'aspect mis en scène des  photos tranchent avec le surréalisme qui s'en dégage, parfois à la limite de l'absurde, tant celles-ci comportent une dimension visuelle et métaphorique. Moro se retrouve transformé en sushi ou en simple costume pendu à un cintre, que l'on sort à l'envi. De même, Liao place son modèle nu sur la table à petit déjeuner, le pénis recouvert d'une papaye qu'elle-même semble prête à déguster.

Le fait que le déclencheur de l'appareil soit souvent présent à l'image renforce le côté mis en scène des photographies et l'impression que les sujets regardent directement le spectateur. D'une certaine façon, ce dispositif questionne le "quatrième mur" de la photo, frontière infranchissable entre le regard des spectateurs et celui des modèles qui se croisent à travers l'art, sans jamais pouvoir se rencontrer frontalement.

Sa démarche fonctionne à plusieurs niveaux, autant à l'échelle personnelle de son histoire particulière (marquée par la différence d'âge de cinq ans entre elle et son compagnon, et le fait que celui-ci soit japonais et elle chinoise), qu'à une échelle plus générale (le projet étant centré sur de la notion de couple). Elle nous  plonge en tout cas dans des jeux de mots visuels aussi facétieux que fascinants.

Sushi Fait Maison, 2011 (© Pixy Liao)

Sushi Fait Maison, 2011 (© Pixy Liao)

Commencez votre journée par une bon petit-déjeûner ensemble, 2009. (© Pixy Liao)

Commencez votre journée par un bon petit déjeuner ensemble, 2009. (© Pixy Liao)

Tiens bon, 2015. (© Pixy Liao)

Tiens bon, 2015. (© Pixy Liao)

Moro assis près de l'étang, 2010. (© Pixy Liao)

Moro assis près de l'étang, 2010. (© Pixy Liao)

Deux jeunes mariées, 2010. (© Pixy Liao)

Deux jeunes mariées, 2010. (© Pixy Liao)

Tenez bien fermement votre homme, 2010. (© Pixy Liao)

Tenez bien fermement votre homme, 2010. (© Pixy Liao)

Le roi en-dessous de moi, 2011. (© Pixy Liao)

Le roi en-dessous de moi, 2011. (© Pixy Liao)

Nous sommes connectés, 2015. (© Pixy Liao)

Nous sommes connectés, 2015. (© Pixy Liao)