En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Cette série photo célèbre la beauté naturelle en brisant le tabou des poils sous les bras

Les magnifiques portraits en noir et blanc de Ben Hopper se moquent d’un des diktats de la beauté contemporaine : s’épiler les aisselles.

"Mes poils étaient mon plus gros complexe et j’ai décidé de l’affronter et de m’aimer telle que je suis. Je suis fatiguée de cette bataille constante." – Martha Aurelia Gantner. (© Ben Hopper)

Ici, nous célébrons la beauté au naturel, tout comme le photographe Ben Hopper dans sa série Natural Beauty, qui est consacrée aux poils sous les bras. Natural Beauty a vu le jour en 2014, après six longues années de travail. Souvent critiqué, le choix de se laisser pousser les poils est même considéré comme "dégoûtant" par certains. C’est ce qui a poussé Ben Hopper à réaliser cette série fascinante en collaboration avec des femmes qui se sentent libres de faire ce qu’elles veulent avec leurs aisselles.

Ben Hopper a non seulement imaginé cette série pour remettre en question les pressions que l’industrie de la beauté fait subir aux femmes, mais aussi parce que, croyez-le ou non, il aime les femmes qui ont des poils sous les bras.

Ses portraits entrent directement en opposition avec les standards de beauté tels qu’ils sont représentés aujourd’hui : des femmes entièrement lisses, sans cellulite, sans vergetures et définitivement sans poils sous les bras. Sur Facebook, le photographe explique :

"Même si les poils sous les aisselles sont naturels, ils sont devenus porteurs d’un message. Comment cela se fait-il ? Ces cent dernières années, l’industrie de la beauté nous a lavé le cerveau en nous encourageant à nous épiler.

Natural Beauty peut être considérée comme un acte de résistance : le contraste entre la beauté féminine dans la mode et de ces femmes non conventionnelles qui ont des poils sous les bras, pousse à la réflexion et suscite le débat."

En effet, le simple fait de nous ébahir devant ces photos illustre à quel point l’industrie de la mode nous oblige à nous battre contre notre propre nature pour être acceptées. Alors quand la beauté naturelle nous est révélée, elle nous paraît étrange.

"En quoi laisser pousser mes poils fait de moi quelqu’un de courageux ? À notre époque, quelque chose d’aussi normal semble étrange parce que nous avons appris que c’est mal." – Charlie Roberts. (© Ben Hopper)

Mener une révolution naturelle avec… Madonna ?

"J’aimerais vraiment photographier des gens comme Madonna, ou Miley Cyrus", avoue Ben Hopper au journal Metro, "la culture actuelle est définie par les célébrités, alors si vous prenez quelqu’un comme Kate Moss en photo avec des poils sous les bras, beaucoup de femmes commenceront à laisser pousser les leurs."

Ben Hopper évoque ainsi l’influence que la mode et l’industrie cosmétique ont sur nous. De nos jours, les tendances sont lancées par des influenceurs sur les réseaux sociaux et dans les médias. Quoi qu’ils fassent ou portent, les consommateurs veulent absolument suivre leur exemple. Pour le photographe, si de grandes figures de la culture pop montrent la voie, le grand public suivra peut-être.

Toujours d’actualité, le projet Natural Beauty parle aux femmes du monde entier et cherche toujours de nouveaux modèles. Et si jamais vous y êtes sensibles mais que vous ne vous sentez pas assez courageuse pour en faire partie, il est temps de mettre fin à vos peurs une bonne fois pour toutes. Votre corps n’appartient qu’à vous. Si vous ne laissez pas pousser vos poils sous les bras, très bien. Si vous le faites, très bien aussi.

Et pour ceux qui s’inquiètent pour des raisons sanitaires, sachez que les poils, comme le reste de votre corps, ne sont pas sales une fois lavés avec du savon. Magie.

"Donner du pouvoir aux femmes, oui, mais aussi rendre le droit aux hommes de ressentir et penser ce qu’ils veulent, au lieu de juste se conformer aux standards de beauté imposés par la société." – Imogen Rose Palmer. (© Ben Hopper)

Daniela Gale. (© Ben Hopper)

"Ne pas se raser ne devrait pas être une prise de position, pourtant ça l’est." – Alexis Calvas. (© Ben Hopper)

Rakel Lindgren. (© Ben Hopper)

Emilia Bostedt et Ruby Bird. (© Ben Hopper)

"J’ai honte de dire que je me suis excusée auprès de plusieurs personnes, que je me suis sentie gênée et nerveuse et que je tenais à me justifier avant que quelqu’un ne fasse un commentaire." – Maya Felix (© Ben Hopper)

Kat Hanula et Olivia Murphy. (© Ben Hopper)

Stephanie Tripp et Louise Raines. (© Ben Hopper)

Sammy Lee Smith. (© Ben Hopper)

"Si je les épilais maintenant, je me sentirais un peu nue. J’aime la couleur de mes poils sur ma peau." – Gabriela Prior. (© Ben Hopper)

Charlie Barker et Liv Sage. (© Ben Hopper)

Ayan Mohamed et Alexandrina Martin. (© Ben Hopper)

"Je ne suis pas contre le fait de m’épiler mais, personnellement, je ressens un incroyable sentiment de liberté." – Bryony Owl. (© Ben Hopper)

Alessandra Kurr. (© Ben Hopper)

"J’ai vraiment aimé voir les gens reculer de dégoût, c’est drôle." – Sophie Rose. (© Ben Hopper)

"J’en suis venue à faire confiance au fonctionnement naturel de mon corps. La beauté de l’esprit humain est tellement temporelle, elle ne dure pas. Mais la beauté de la nature est intemporelle et immuable." – Cassia Tsura. (© Ben Hopper)

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet