En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Alors qu’un paparazzi voulait vendre une photo d’elle nue, Sia l’a elle-même partagée sur Twitter

Sia a habilement coupé l’herbe sous le pied d’un paparazzi qui tentait de vendre une photo d’elle nue.

Cette semaine, la chanteuse australienne Sia a eu une réaction particulièrement badass. Alors qu’un paparazzi tentait de se faire de l’argent en vendant des photos volées d’elle nue, elle décide de le court-circuiter en partageant elle-même ces contenus sur son compte Twitter. Pour cela, elle a tout simplement posté une capture d’écran de l’offre du voleur d’images, illustrée de ladite photo :

"Apparemment, quelqu’un essaye de vendre des photos de moi nue à mes fans. Économisez votre argent, les voici gratuitement. C’est tous les jours Noël !"

Une réaction particulièrement courageuse, qui est à la fois une manière de se réapproprier son corps et son image, mais qui donne aussi une belle leçon de morale aux paparazzis. Félicitée sur les réseaux sociaux, l’artiste a reçu plusieurs milliers de messages de soutien et de nombreux internautes se sont identifiés à l’artiste.

En effet, si les célébrités sont les premières ciblées par le vol de photos nues, comme en témoignent les histoires de Jennifer Lawrence ou encore de Kate Upton, de nombreux anonymes peuvent aussi être concernés. En effet, le revenge porn, pratique qui consiste à partager des photos d’un·e ex dénudé·e sur Internet dans le but de l’humilier, semble être devenu un véritable problème de société.

S’il est aujourd’hui condamné par la loi, pouvant en France engendrer une peine de deux ans d’emprisonnement et 60 000 euros d’amende, la pratique reste très courante. En choisissant de tenir tête face au problème, Sia tente à son échelle changer les mentalités.