© Ai Weiwei

Ai Weiwei gagne son procès contre Volkswagen qui avait exploité son œuvre pour une pub

La justice danoise condamne le concessionnaire pour "utilisation frauduleuse" d'une œuvre de l'artiste chinois.

"J’étais abasourdi par les violations éhontées de ma propriété intellectuelle et de mes droits moraux", écrivait Ai Weiwei sur Instagram en mars dernier. De juin à octobre 2017, l’artiste chinois exposait sur les fenêtres du musée de Charlottenborg à Copenhague, des milliers de gilets de sauvetage orange utilisés par des migrants arrivés à Lesbos, en Grèce. Une installation est nommée Soleil Levant.

La même année, un concessionnaire Volkswagen avait pris en photo son nouveau modèle de la gamme Polo, une voiture orange, garée devant l’installation. Et cela, bien entendu, sans en demander l’autorisation à l’artiste chinois engagé. À d’une action en justice intentée par l’artiste, le concessionnaire Volkswagen a été condamné pour "utilisation frauduleuse" de l’œuvre du plasticien.

Publicité

"En contradiction avec les idées qui sous-tendaient l’œuvre"

Publicité

Publicité

"L’utilisation de l’œuvre par SMC (le concessionnaire) constitue une violation […] des bonnes pratiques marketing énoncées dans la loi sur la publicité", explique le tribunal danois dans un communiqué cité par La Croix. Le concessionnaire est donc condamné à verser 230 000 euros à Ai Weiwei, pour avoir utilisé une de ses œuvres sans autorisation et à des fins commerciales et publicitaires. Cette somme comprend également les dommages causés par cette violation du code de propriété intellectuelle.

"Cette pub fautive a été vue par plus de 200 000 personnes, donnant la fausse impression que j’avais autorisé Volkswagen à utiliser mon œuvre dans sa publicité pour la nouvelle Polo", indiquait le dissident chinois sur Instagram. La justice ajoute que l'"exploitation commerciale de l’œuvre d’Ai Weiwei était en contradiction flagrante avec les considérations et les idées qui sous-tendaient l’œuvre".

Soleil Levant avait en effet été créée à l’occasion de la Journée mondiale des réfugié·e·s, et donc bien éloignée de la promotion de la nouvelle Polo…

Publicité

Par Sirine Azouaoui, publié le 29/07/2019

Copié

Pour vous :