Une artiste affiche des vulves dans la rue pour lever le tabou sur le sexe féminin

Pour pallier le manque d'éducation sexuelle.

Depuis le début de l’année 2019, des sculptures de sexes féminins envahissent les rues de Marseille. Ces vulves en plâtre sont accrochées dans les rues par Margaux, étudiante en deuxième année aux Beaux-Arts. Face aux tabous qui persistent autour du corps des femmes et à une réelle méconnaissance du sexe féminin, l’artiste a décidé d’essayer de faire bouger les choses à son échelle. Elle réalise donc ses œuvres dans le but d’offrir une éducation à l’anatomie sexuelle, publique et démocratisée.

Publicité

Loin de se contenter d’exposer des sculptures de vulves aux quatre coins de la cité phocéenne, l’artiste fait de la pédagogie en ajoutant des légendes précises pour décrire au mieux les différentes parties génitales. Cette approche anatomique est importante, car elle lui permet de briser les tabous mais aussi de désexualiser ses œuvres. Elle nous explique l’importance de montrer des sexes féminins dans l’espace public :

"C’est important parce que d’une, la représentation des organes sexuels dits femelle dans l’espace public manque, comparé à celles des organes sexuels dits mâles. De deux, parce que c’est quand même aberrant qu’on ne nous enseigne pas l’existence de parties aussi importantes de notre propre corps sous prétexte qu’elles ne nous sont pas facilement visibles. Le patriarcat nous a interdit d’essayer de nous comprendre nous-mêmes, en nous infligeant le tabou de notre propre organe sexuel. D’ailleurs se comprendre soi-même, c’est 's’empouvoirer' !"

Pour l’instant, ses créations n’occupent que les rues du centre de Marseille, mais la jeune femme est aussi active sur Instagram, ce qui lui permet de toucher une audience plus large. Elle a pour ambition d’étendre son projet dans d’autres villes : "Il n’y a pas de raison que l’éducation sexuelle de rue s’arrête aux portes de Marseille !"

Publicité

Publicité

Par Lisa Miquet, publié le 12/03/2019

Copié

Pour vous :