© Ewa Nowak

Ce bijou a été créé pour bloquer la reconnaissance faciale

La designeuse polonaise Ewa Nowak a créé ces lunettes d'un nouveau genre.

"Même si notre visage est partiellement couvert, la reconnaissance faciale peut toujours nous suivre et nous distinguer", raconte Ewa Nowak. Cette jeune designeuse de Varsovie a commencé à s’intéresser aux pouvoirs et aux méfaits de l’intelligence artificielle en 2017. Et pour garder sa vie privée partiellement intacte, elle a créé un drôle de bijou de visage.

À mi-chemin entre un masque et des lunettes, ce bijou est composé de deux formes circulaires tenues par un fil qui les relie à une barre sur le front. Le tout est en métal doré et tient derrière les oreilles, raconte le site Fast Company.

Publicité

© Ewa Nowak

Ce qui alerte Ewa Nowak sur les dangers de la reconnaissance faciale, c’est le programme "DeepFace" de Facebook. Le réseau social se targue d’avoir la plus grande galerie de visages du monde. Le logiciel repère les visages et leur propriétaire avec une précision de 97,25 %, supérieure à celle de l’œil humain.

"J’étais stupéfaite devant la manière dont le logiciel pouvait identifier notre genre, notre âge et notre humeur mais aussi comment les évolutions sont constamment en train de monter de niveau", explique-t-elle.

Publicité

Une œuvre conceptuelle qui pose des questions sur la vie privée

En 2017, les Japonais mettaient déjà la reconnaissance faciale à l’épreuve avec des lunettes lumineuses dans le style des Google Glass. Ewa Nowak, fraîchement diplômée des Beaux-Arts de Varsovie, lançait sa propre agence de design industriel. Après trois mois de travail, elle réalise sa première œuvre, qu’elle teste en téléchargeant des images sur Facebook. Et ça fonctionne. Depuis, le bijou a gagné un prix à un festival de design.

L’ornement doit toutefois être fait sur-mesure, selon le visage de la personne qui le porte, pour être efficace. Ewa Nowak n’a donc pas l’intention de le produire à grande échelle. Pour l’instant, la designeuse le voit plus comme une œuvre conceptuelle qu’un produit.

Mais ce bijou doré anti-reconnaissance faciale pose de vraies questions selon elle : devrons-nous bientôt tous porter des masques-lunettes-bijou pour nous protéger des dérives technologiques ?

Publicité

© Ewa Nowak

Par Sirine Azouaoui, publié le 22/08/2019

Copié

Pour vous :