© Vahit Tuna

Cette installation monumentale de 440 talons aiguilles dénonce les violences conjugales

440 chaussures de femmes en référence au nombre exact de victimes de violences domestiques en Turquie.

C’est à l’artiste turc Vahit Tuna que l’on doit une récente installation impressionnante faite de 440 chaussures à talons noires, qui s’élève sur le mur d’un bâtiment situé dans la ville de Kabataş, en Turquie. L’installation recouvre près de 260 mètres carrés et a de quoi interpeller les passant·e·s.

Pourquoi des talons ? Parce que, selon Tuna, ils sont le symbole de la défiance et indépendance féminines. On admet qu’il aurait pu trouver quelque chose de moins "sexy", les talons pouvant être perçus davantage comme une injonction à la beauté pour la femme qu’une revendication féminine et féministe.

Publicité

© Vahit Tuna

En exposant à l’extérieur ces escarpins, l’artiste rend hommage à une coutume funéraire traditionnelle turque, qui consiste à accrocher les chaussures de personnes récemment décédées en dehors de leurs maisons.

À travers cette œuvre, l’artiste (en collaboration avec la plateforme d’art Yanköşe) s’attaque à un problème majeur de notre société : la violence domestique. Aujourd’hui, en France, nous avons atteint le 110e féminicide survenu en 2019, aujourd'hui. Et ces 440 paires de chaussures représentent le nombre de femmes mortes sous les coups de leur conjoint cette année en Turquie, un nombre qui fait peur.

Publicité

Publicité

Selon le Feminice Watch, en 2017, les décès de femmes à travers le monde étaient attribués dans 58 % des cas aux partenaires masculins ou membres de la famille. Certains pays ne communiquent pas sur leur nombre de féminicides, donc ce nombre pourrait être plus haut.

Malheureusement, ces pourcentages n’ont réellement pas baissé et les féminicides augmentent au fil des années en Turquie. Cette œuvre restera là pour les six prochains mois afin de sensibiliser les citoyens à cette réalité, et rendre hommage à toutes les victimes.

Publicité

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 27/09/2019

Copié

Pour vous :