© Jody Thomas/Rhianne Hawkins

Comment Greta Thunberg est devenue une source d'inspiration inépuisable pour les artistes

Artistes, street-artistes, peintres et architectes ont fait de la figure de l'activiste Greta Thunberg, une nouvelle influence.

Le monde de l’art contemporain s’empare petit à petit des problématiques écologiques – et c’est tant mieux. Parmi les grandes figures de l’engagement environnemental, on retrouve bien évidemment la Suédoise Greta Thunberg, âgée de 16 ans, qui fait actuellement la une des journaux du monde entier – surtout depuis qu’elle a traversé l’Atlantique en voilier monégasque.

Les projets se multiplient autour de la personnalité publique qu’elle incarne et ses combats, aussi bien dans l’architecture que le street art ou encore les installations conceptuelles. On l’a vue cette année dans l’objectif de Hellen van Meene pour le magazine Time, sur une toile aux tons doux et violets d’Elizabeth Peyton, au cœur d’une installation multimédia de Justin Brice Guariglia, et comme source d’inspiration pour une exposition à la biennale de Venise 2019 dont la curation a été assurée par Francesca Pietropaolo et Phong Bui. L’activiste a même été jusqu’à demander aux institutions muséales de mettre fin à leurs partenariats avec des sociétés pétrolières, ce qui n’est pas tombé dans les oreilles de sourd·e·s.

Publicité

"Greta est une figure inspirante de cette nouvelle génération. Sa voix est devenue un catalyseur important pour le changement. […] Je pense que l’activisme de Greta peut aussi inspirer une réflexion, d’un point de vue curatorial, sur comment on produit des expositions d’art contemporain, sur comment on peut changer le processus afin qu’il prenne en considération l’impact environnemental", a déclaré la curatrice Francesca Pietropaolo.

Frances Morris, la directrice du Tate Modern, semble bien d’accord puisqu’elle a promis un plan pour renforcer l’engagement de l’institution dans le développement durable, afin de réduire son empreinte carbone de 10 % en quatre ans :

Publicité

"Il y a eu un changement palpable dans le domaine de l’art, avec une vraie conscience de l’urgence et un désir d’agir guidé par les artistes et un large public. Une telle urgence peut paraître écrasante mais les voix de personnes comme Greta Thunberg ont un rôle important à jouer. Elles nous aident à rester inspirés et déterminés, surtout pour les générations plus jeunes dont les vies vont subir profondément les conséquences de cette crise."

Il y a même une expression qui a été inventée pour désigner son influence : le "Greta Thunberg Effect". Focus sur trois projets qui se sont inspirés, de près ou de loin, de son engagement.

La sculpture de glace de Greta Thunberg, en pleine fonte

"#GretaIceberg". (© Alissa Khan-Whelan, Chris Godfrey & CJ Brown)

Publicité

Nous devons le #GretaIceberg au trio d’artistes londoniens Alissa Khan-Whelan, Chris Godfrey et CJ Brown, connus pour avoir leur campagne de la photo la plus likée sur Instagram (un simple œuf ayant doublé Kylie Jenner). Le 2 octobre dernier, ils ont installé sur Trafalgar Square, à Londres, une statue de glace grandeur nature représentant Thunberg en pleine fonte à cause de la chaleur du soleil. Mais la pollution de la ville a sûrement aussi sa part de responsabilité.

C’est une "représentation puissante du changement climatique et de la situation critique dans lequel le monde sera si aucun changement n’est fait". Cette statue est là pour soutenir Greta dans son combat, en se concentrant plus sur son message que ses émotions :

"Greta Thunberg est un symbole de jeunesse et courage depuis qu’elle a lancé le débat sur le climat qui peinait à recevoir l’attention qu’il méritait. En créant un mouvement mondial, elle a inspiré une génération entière à s’adresser sans peur aux grands dirigeants de notre monde pour se battre contre l’avancée du changement climatique", a déclaré le trio sur la page de la pétition qui a rendu possible ce projet.

Publicité

Jody Thomas et sa fresque monumentale où Greta Thunberg se noie

De son côté, Jody Thomas a réalisé à Bristol, sur la façade d’un bâtiment de 15 mètres de haut, une fresque impressionnante de Greta Thunberg qui se noie jusqu’à la bouche (son arme la plus puissante, selon l’artiste). Il a également peint un ours polaire dans l’eau, des glaciers et un ciel mi-orageux mi-ensoleillé.

Le street artist anglais considère que chaque mur doit avoir un impact, et peindre Thunberg lui semblait être "la bonne chose à faire". Malgré toute l’hostilité que peut susciter la jeune activiste atteinte du syndrome d’Asperger et souvent stigmatisée, sa proposition artistique a été validée en un rien de temps. Son œuvre est vite devenue virale et a même été utilisée durant un temps comme photo de profil du compte Twitter officiel de Greta.

Les Pollution Pods de Michael Pinsky

Pollution Pods. (© Michael Pinsky)

Lors de sa visite à New York pour assister à une conférence des Nations unies, Greta Thunberg en a profité pour voir l’œuvre de Michael Pinsky, Pollution Pods, installée devant le siège de l’organisation. Cinq dômes connectés formaient une sorte de cabane transparente et contenaient un air pollué comme dans certaines grandes villes, telles que Londres, São Paulo, New Delhi ou Pékin.

"Ce qui est remarquable avec Greta, c’est qu’elle s’est fait une place en seulement un an, et maintenant on dirait qu’elle a toujours été là", a confié l’artiste britannique à Artnet, en se souvenant des manifestations contre le nucléaire auxquelles il participait dans sa jeunesse.

En entrant dans ces petits dômes, on pouvait respirer de l’ozone, des particules en suspension, du dioxyde d’azote, de soufre et du monoxyde de carbone. Plus on avançait et plus l’air était pollué. Le parcours commençait d’ailleurs avec l’air frais et pur d’une région côtière norvégienne. Un vrai cocktail de pollution en régions sèches et humides pour sensibiliser au mauvais air que les citadin·e·s respirent au quotidien.

Pollution Pods. (© Michael Pinsky)

"#GretaIceberg". (© Alissa Khan-Whelan, Chris Godfrey & CJ Brown)

"#GretaIceberg". (© Alissa Khan-Whelan, Chris Godfrey & CJ Brown)

"#GretaIceberg". (© Alissa Khan-Whelan, Chris Godfrey & CJ Brown)

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 10/10/2019

Copié

Pour vous :