© Ai Weiwei/Fly The Flag

L’artiste chinois Ai Weiwei a créé un drapeau pour les droits de l’homme

L’activiste, connu pour ses œuvres dénonçant l’oppression et l’injustice, souhaite apporter sa pierre à l’édifice dans la défense des droits des hommes.

Lors de sa récente exposition à Marseille, au Mucem, Ai Weiwei exposait deux savons pesant respectivement une tonne sur lesquels étaient inscrites la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne qui n’a jamais été appliquée (écrite en 1791 par Olympe de Gouges, décapitée deux ans plus tard). Dans son documentaire Human Flow, l’artiste s’intéressait à la crise migratoire et aux droits bafoués des migrants aussi bien dans leur pays d’origine que dans leur pays "d’accueil".

Publicité

Dans son travail, Ai Weiwei s’est ainsi toujours engagé à dénoncer le non-respect des droits de l’homme. Et en tant qu’artiste chinois qui a dû s’exiler durant son enfance et qui est aujourd’hui considéré comme un opposant au régime, il sait de quoi il parle.

Son dernier projet en date, Fly the Flag, ne fait que confirmer davantage son engagement. L’artiste chinois a créé un drapeau pour les droits de l’homme afin de célébrer le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. En collaboration avec des associations caritatives et artistiques sensibles à la défense des droits de l’homme – comme le National Theatre, Amnesty International et la Tate –, Ai Weiwei a imaginé un drapeau de couleur bleue laissant apparaître une empreinte "universelle" qui symbolise "ce que c’est que d’être humain".

À travers ce symbole, Ai Weiwei veut rendre hommage, entre autres, aux migrants obligés de quitter leur pays pour fuir des régimes de répression, mais aussi ceux qui sont victimes de la guerre, du réchauffement climatique et des discriminations.

Publicité

"Comme nous le savons tous, les droits de l’homme sont le résultat précieux de la compréhension, génération après génération, de la lutte humaine. Je suis fier de faire partie de cette force", déclare Ai Weiwei sur le site de Fly the Flag.

Ce symbole est directement inspiré d’une série de photos montrant des empreintes de pieds de réfugiés rohingyas dans la boue, fuyant les attaques des soldats birmans. Ce drapeau a été révélé le 10 décembre, et sera accroché dans les écoles, les lieux de croyance, les théâtres, les bibliothèques, les galeries d’art, les magasins, les hôpitaux et les prisons du Royaume-Uni lors d’une semaine consacrée à cette célébration du 24 au 30 juin 2019.

© Ai Weiwei/Fly The Flag

Publicité

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 12/12/2018

Copié

Pour vous :