© Mark Wallinger/LSE

L'artiste Mark Wallinger met le monde à l’envers avec sa nouvelle sculpture à Londres

En plein cœur de la London School of Economics, l’artiste britannique offre un nouveau regard sur le globe.

À première vue, c’est un globe, tout ce qu’il y a de plus banal. Des pays, des frontières surlignées, des océans en bleu, sauf qu’en se rapprochant, on se rend compte que la Terre est à l’envers. La dernière œuvre de l’artiste Mark Wallinger met notre monde sens dessus dessous, puisqu’elle se pose sur le pôle Nord et l’Antarctique est à son sommet. Commandé par la London School of Economics, en plein cœur de Londres, The World Upside Down est un globe de 4 mètres de diamètre, conçu en 2013, exposé dans le campus de l’université.

The World Turned Upside Down (© Mark Wallinger/LSE)

Publicité

Une échelle différente

Publicité

Pour pouvoir être lus, les noms des pays, des villes et des océans ont été réécrits dans le bon sens. Et cette façon de mettre en scène notre planète change radicalement des cartes aplaties et rectangulaires dont on a l’habitude depuis l’enfance. Mark Wallinger décrit : "Les Nations Unies sont l’autorité quand il s’agit de noms et de frontières. C’est le monde, comme on le connaît d’un point de vue différent. Familier, étrange, et sujet au changement". Ainsi, l’œuvre laisse apparaître la véritable échelle des continents et des océans : l’Afrique, l’Amérique du Sud ou encore l’Océan Pacifique sont bien plus vastes.

Le titre The World Upside Down a été emprunté à une chanson de la Première révolution anglaise, et l’artiste a également emprunté les mots d’un manifeste de 1649 pour l’inauguration en appelant à ce que le monde devienne un "trésor commun", et qu'"aucun homme ne cherche la domination sur les autres."

Il faut dire que Mark Wallinger n’en est pas à son premier renversement. Il avait déjà mis Theresa May à l’envers dans un poster contre le Brexit il y a quelques mois en utilisant encore une fois, le manifeste écrit pendant la guerre civile anglaise.

Publicité

Par Sirine Azouaoui, publié le 04/07/2019

Copié

Pour vous :