© Matteo Piazza

À Milan, une sculpture de Gaetano Pesce jugée antiféministe

La sculpture exposée à Milan reprenait la forme de son célèbre fauteuil Up en forme de corps de femme.

Un torse de femme, couvert de flèches, enchaîné à une boule, attaqué par des têtes d’animaux sauvages : cette sculpture monumentale de huit mètres de haut a pris place sur la Piazza del Duomo, devant la cathédrale de Milan, pendant la Design Week en avril dernier. La Maestà Sofferente ("Majesté souffrante") est l’œuvre de l’architecte et designer italien Gaetano Pesce. Elle reprend la forme de son célèbre fauteuil créé en 1969 : une vénus paléolithique enchaînée à une boule, qui sert de repose-pieds… L’idée était de dénoncer l’aliénation des femmes.

Publicité

"Un corps et une victime inerte"

Publicité

50 ans plus tard, la sculpture ne passe pas du tout pour des groupes féministes italiens. Le groupe Non Una Di Meno ("Pas une de moins") s’est lancé dans une manifestation à la fin de la cérémonie d’inauguration. Sur leurs pancartes, on peut lire les mots "Ceci n’est pas une femme", des textes des Américaines Guerrilla Girls.

Les militantes rappelaient également qu’un féminicide a lieu tous les trois jours en Italie. Sur leur page Facebook, cité par le site The Art Newspaper, elles expliquent : "Une femme est pour la énième fois représentée comme un corps et une victime inerte, sans jamais remettre en question l’acteur de la violence."

Le lendemain, c’est au tour de Cristina Donati Meyer, autoproclamée "artiviste", de jeter de la peinture rouge sur le siège en guise de menstruation. Gaetano Pesce a réagi, en déclarant notamment au site Dezeen : "Je pense que ces féministes n’ont pas lu ou compris la signification de mon travail à Milan. Généralement, quand deux entités se battent pour le même objectif, elles coopèrent."

Publicité

La conseillère de la commune de Milan, qui avait invité le designer de 79 ans à l’événement, se félicite du débat autour de l’œuvre. "C’est positif que des femmes s’expriment sur la représentation de leur propre corps. L’espace créatif de la Design Week est et doit être un espace de discussion sur la signification d’une œuvre d’art, et pas seulement une fête d’apéritifs", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

Malgré les protestations, la Maesta Sofferente est restée en place pendant toute la Milan Design Week, du 7 au 14 avril.

Publicité

Par Sirine Azouaoui, publié le 23/05/2019

Copié

Pour vous :