© Travis Fullerton/VMFA

Un musée américain propose de passer une nuit à l'intérieur d'une toile d'Edward Hopper

Aux États-Unis, l'expérience immersive proposée par le VMFA présente une peinture entièrement recréée en chambre d'hôtel.

Jusqu’au 23 février 2020, le Musée des Beaux-Arts de l’État de Virginie, le VMFA, présente une exposition dédiée à un des peintes les plus célèbres de l’art américain du XXe siècle, Edward Hopper. "Edward Hopper and the American Hotel" célèbre certains des thèmes phares de l’artiste – la vie domestique et le sentiment de solitude au sein de la société – à travers l’étude de ses tableaux dédiés aux scènes d’hôtels. Un croisement parfait entre l’intimité d’une chambre et un certain sentiment d’inconfort.

En axant sa curation sur le thème de l’hôtel américain, le musée ne souhaite cependant pas se limiter aux contextes "d’isolation, de solitude et d’ennui" liés d’office au peintre, mais affiche sa volonté de s’ouvrir à des idées de mobilité, afin d’offrir une nouvelle porte d’entrée à la compréhension de son œuvre. Ainsi, l’exposition souhaite autant étendre que contourner les thèmes habituellement attribués à l’artiste.

Publicité

"Western Motel", 1957. (© Edward Hopper/VMFA)

Une peinture entièrement recréée en chambre d’hôtel

Pour aller plus loin et entrer dans la mouvance de l’immersion du public, le musée américain propose à ses visiteur·se·s de vivre la "Hopper Hotel Experience", en restant dans une pièce créée à partir de "Western Hotel", une toile datant de 1957. Dans une chambre d’hôtel au décor minimaliste, une femme, assise sur un lit, regarde fermement le public.

Ses bagages ne sont pas encore défaits, elle semble attendre – sans que ni nous, ni elle ne sachions vraisemblablement si elle attend quelque chose en particulier. Tout en se sachant observée dans l’intimité de sa chambre, c’est finalement elle qui prend le pouvoir de ce duo regardant/regardé·e puisque son regard finirait presque par instaurer un malaise.

Publicité

Image de la chambre de la "Hopper Hotel Experience". (© Travis Fullerton/VMFA)

Le musée a conçu avec minutie la chambre, plaçant les mêmes valises au sol, le même linge bleu sur le fauteuil rouge, et même l’ombre sur le mur, derrière le lit. Le journaliste américain Seph Rodney a tenté l’expérience et en est revenu pour le moins déconfit : après une nuit passée dans une chambre qu’il ne pouvait pas fermer à clef, sans toilettes, ni douche, il raconte s’être demandé "qui avait bien pu penser que cela serait une bonne idée". "Finalement, la 'Hotel Experience' est la pire chose qu’un visiteur puisse faire dans le cadre de l’exposition consacrée à Edward Hopper." 

En plus d’avoir passé une nuit désagréable (l’ayant conforté dans l’idée que toujours plus d’immersion n’est pas forcément un bon agrément aux visites culturelles), Seph Rodney s’est également interrogé sur sa présence au sein de cette expérience, notamment : "Comment un homme noir s’insère-t-il dans un tableau de Hopper ?"

Publicité

Image de la chambre de la "Hopper Hotel Experience". (© Travis Fullerton/VMFA)

Les toiles du peintre (qui a traversé les deux guerres mondiales et la majeure partie du XXe siècle) présentent une Amérique exclusivement blanche et statique, alors même que la nation connaissait à cette époque de grands changements, en matière d’immigration et d’accès au travail pour les femmes notamment.

Malgré ces réflexions suscitées par sa nuit au musée et l’inconfort de cette dernière, Seph Rodney affirme que les tableaux exposés valent le déplacement, d’autant plus que le musée a mis en dialogue certaines œuvres contemporaines, à l’instar de "Marine, Hotel Near Airport, Richmond, Virginia" de Susan Worsham ou "Blue Girl on Black Bed" de George Segal, qui offrent un autre regard de l’individualité américaine.

Publicité

Image de la chambre de la "Hopper Hotel Experience". (© Travis Fullerton/VMFA)

Image de la chambre de la "Hopper Hotel Experience". (© Travis Fullerton/VMFA)

Image de la chambre de la "Hopper Hotel Experience". (© Travis Fullerton/VMFA)

Image de la chambre de la "Hopper Hotel Experience". (© Travis Fullerton/VMFA)

"Marine, Hotel Near Airport, Richmond, Virginia", 2009. (© Susan Worsham/VMFA)

Image de la chambre de la "Hopper Hotel Experience". (© Travis Fullerton/VMFA)

"Room in New York", 1932. (© Edward Hopper/VMFA)

"Hotel Lobby", 1943. (© Edward Hopper/VMFA)

"Morning in a City", 1944. (© Edward Hopper/VMFA)

"Room for Tourists", 1945. (© Edward Hopper/VMFA)

"South Carolina Morning", 1955. (© Edward Hopper/VMFA)

"Study for Hotel Lobby", 1942. (© Edward Hopper/VMFA)

"Street of the Fishing Monkey", 1921. (© Charles Demuth/VMFA)

"Edward Hopper and the American Hotel" est visible au Musée des Beaux-Arts de l’État de Virginie, le VMFA, jusqu’au 23 février 2020.

Par Lise Lanot, publié le 16/01/2020

Pour vous :