© Anastasia Bengoechea

Au Musée du Prado, une artiste proteste contre les représentations stéréotypées des femmes

"Ni putes", "ni saintes" : Anastasia Bengoechea a livré une performance contre les stéréotypes de genre.

Postée devant des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art, elle brandit les mots "Ni putes", "Ni saintes". C’est au Musée du Prado à Madrid que la caricaturiste et auteure espagnole Anastasia Bengoechea livrait sa dernière performance féministe. En toile de fond de ses protestations, on retrouve deux tableaux célèbres : La mort de Cléopâtre du peintre italien baroque Guido Reni, et Marie-Anne d’Autriche de l’Espagnol Juan Carreño de Miranda.

Le premier représente la souveraine égyptienne lors de son suicide, un serpent venimeux glissant sur sa poitrine dénudée. Le second, la reine d’Espagne, de Sicile et de Naples, désormais veuve et régente, dépeinte par l’artiste comme une nonne.

À voir aussi sur Cheese :

Pour voir les vidéos Konbini, merci de désactiver AdBlock.

Publicité

Des réactions mitigées sur les réseaux sociaux

Pour lutter contre les représentations stéréotypées des femmes dans l’art comme dans la société, Anastasia Bengoechea s’est rendue sur place avec une pancarte proclamant "Ni putes", et une seconde "Ni saintes". Des mots qui rappellent forcément le slogan féministe espagnol "Ni putas, ni santas, solo mujeres" ("Ni putes, ni saintes, seulement femmes"). L’artiste a ensuite partagé les images sur son compte Instagram, où son post a été liké plus de 16 000 fois. Sur Twitter, le hashtag "Cléopâtre" est même monté dans le top tendances en Espagne.

Sa performance n’a donc pas manqué de faire réagir les internautes : certain·e·s ont salué l’initiative féministe, d’autres ont critiqué le choix des œuvres, accusant notamment l’artiste de traiter Cléopâtre de putain et Marie-Anne d’Autriche de sainte. D’autres encore, ont pointé le fait que les photos étaient interdites au sein du musée…

"Mais personne n’a jamais pensé qu’elle avait choisi ces deux peintures exactement parce qu’elles étaient toutes les deux reines ? Des femmes de pouvoir que, comme dans bien d’autres cas, l’histoire a qualifié de 'putes', de mauvaises et manipulatrices ou de 'nonnes', de pieuses et de soumises ? J’ai compris ça !", a commenté la twitta @EstrellaMalicia, livrant une explication plutôt sensée à la performance de l’artiste.

Par Pauline Allione, publié le 17/09/2019

Copié

Pour vous :