© Pablo Picasso/Tate Modern

Une œuvre de Picasso estimée à 24 millions d'euros a été vandalisée à Londres

Samedi 28 décembre au Tate Modern de Londres, un homme aurait lacéré le "Buste de femme" représentant Dora Maar en 1944.

On pourrait commencer à se demander si les portraits de Dora Maar réalisés par Pablo Picasso ne sont pas maudits. En 1999, une des toiles représentant l’artiste et muse du peintre en 1938 était dérobée "sur le yacht d’un cheik saoudien à Antibes, au large de la luxueuse French Riviera". Vingt ans plus tard, en mars 2019, Arthur Brand – un historien de l’art néerlandais surnommé l'"Indiana Jones du monde de l’art" – retrouvait l’œuvre désormais estimée à 25 millions d’euros.

Cette semaine, un autre de ces tableaux représentant Dora Maar aurait connu des mésaventures, cette fois-ci sur son lieu d’exposition, la Tate Modern de Londres. Samedi 28 décembre, un visiteur aurait lacéré Buste de femme, une œuvre réalisée en 1944 par Picasso, représentant sa compagne, toute de vert vêtue, assise sur une chaise en fer. 

Publicité

"Buste de femme", 1944. (© Pablo Picasso/Tate Modern)

Selon la BBC, un homme de 20 ans a été entendu par le tribunal de Camberwell Green dès le lundi 30 décembre, soit deux jours après les faits. Le jeune Londonien – placé en détention préventive jusqu’à son audience préliminaire, le 30 janvier – est accusé de dégradation sur la peinture à l’huile estimée à 24 millions d’euros.

Ni le musée, ni la police n’a explicitement confirmé que l’œuvre lacérée était bien celle du peintre espagnol, mais cette dernière a été retirée du musée pour être examinée par des expert·e·s. La Tate reste cependant ouverte.

Publicité

À lire également -> La première rétrospective sur l’artiste surréaliste Dora Maar est à voir à Paris

Par Lise Lanot, publié le 02/01/2020

Pour vous :