Pour ses fresques monumentales, cet artiste se sert de son corps comme d’un crayon

Un vrai travail de corps à corps.

© Tony Orrico

Utiliser son corps comme s’il était la mine d’un crayon, c’est l’approche artistique conceptuelle adoptée par l’artiste américain Tony Orrico, également ancien danseur. Au carrefour entre performance et dessin, cet artiste crée des fresques à même le sol, sur une grande feuille de papier, qu’il expose ensuite dans des espaces de galeries.

Privilégiant dans son travail les formes plutôt circulaires, comme les rosaces qu’on faisait quand on était petits, Tony Orrico joue avec son corps et ses mouvements comme s’il était un compas humain. Si ses dessins semblent assez ordonnés dans leur ensemble, les cercles sont tout de même chaotiques en leur cœur, à l’image des formes humaines imparfaites. Il lui faut parfois jusqu’à 7 heures pour achever une fresque, comme le relate le site iGnant.

Pour sa série Penwald Drawings faite au graphite, il a pu user tantôt de son corps entier tantôt simplement de ses poignets ou de ses mains, à partir d’une chorégraphie prédéfinie et hypnotisante. "Je mets toute mon attention, rationnellement, sur la sensibilité de mon corps d’un point de vue réceptif, […] où le processus n’est pas objectif ; c’est une continuation d’un cheminement et une réponse à un stimulus", explique l’artiste. Ainsi, Tony Orrico fait corps avec son œuvre, qui se forme sous les yeux du spectateur, petit à petit.

© Tony Orrico

© Tony Orrico

© Tony Orrico

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 07/03/2019

Copié

Pour vous :